Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Colloque "Situations des poésies de langue française"

Université de Cergy-Pontoise, CRTF. 29,30,31 mai 2013

Comité organisateur : Corinne Blanchaud, Cyrille François, Serge Martin

 

Comité scientifique : Christiane Chaulet Achour (Professeure – U.C.P.), Violaine Houdart-Mérot (Professeure – U.C.P.), Daniel Lançon (Professeur – U. Stendhal-Grenoble III), Jacques Paquin (Professeur – U. Trois-Rivières, Québec, Canada), Patrick Quillier (Professeur – U. Nice-Sophia Antipolis), Alain Ricard (CNRS – LLACAN/UMR 8135), Matthias Zach (Post-doc. U. Tübingen, RFA).

Télécharger le programme
Télécharger la bibliographie

Argumentaire :

La littérature de langue française des pays du Sud comme du Nord est le plus souvent appréhendée à travers la prose romanesque, premier champ d’investissement à la fois de l’engagement éditorial ‑ à la mesure de l’attente du public ‑, et de la critique universitaire et journalistique. Cependant, la poésie demeure très vivante et diffusée, soit presque « intimement », par les voies secrètes de petites maisons d’édition ou de revues qui s’y consacrent, soit, avec plus d’éclat, par la consécration enfin accordée par de grandes maisons d’édition ‑ gloires souvent posthumes ou bien trop tardives pour les poètes ‑, ou grâce aux retombées des modes musicales dont elle bénéficie peu ou prou quoiqu’avec force confusion, soit, enfin, à travers des sites internet créés le plus souvent par les poètes eux-mêmes qui trouvent dans ce nouveau média une occasion de faire entendre leur voix de façon autonome.

Ce colloque a donc pour objectif, d’une part, d’attirer l’attention sur des productions poétiques singulières et en grande partie ignorées du public, et dont la mise en lumière permettrait de modifier l’appréhension critique d’un patrimoine littéraire de langue française (patrimoine local, national, déterminé par zones géographiques ou périodes de l’Histoire), d’autre part, de présenter, dans leur diversité, les rapports que la poésie entretient avec les pouvoirs économique (le marché du livre), culturel (la grande diffusion, notamment à travers l’oralité : musique et diverses manifestations publiques), politique (l’institutionnalisation et la patrimonialisation, la résistance, l’engagement, etc.).

Quatre axes d’étude sont proposés :

  1. État des lieux théorique et critique : cet axe invite à interroger l’histoire récente de la production théorique et critique (auctoriale, universitaire et journalistique) des deux dernières décennies sur la poésie. On s’intéressera, par exemple, à l’influence théorique et critique, dans l’appréhension de ce genre, des discours de la négritude, de la créolisation, ou de divers manifestes (Manifeste du Groupe du lundi, Légitime défense, Refus global, etc.).
  2. Parcours de la poésie de langue française : cet axe abordera les œuvres et leurs auteurs selon des perspectives poétiques et/ou d’histoire de la littérature, tout en éclairant le domaine théorique et critique constitué à partir des œuvres (cf. axe 1). Ayant pour objet de livrer un aperçu singulier de la production poétique des différents pays (ou zones géographiques) concernés, il privilégiera l’intérêt porté à des œuvres – et des auteurs ‑ peu ou mal connues, peu ou mal diffusées.
  3. La diffusion écrite et la réception, revues, maisons d’éditions et productions matérielles : cet axe sera consacré au champ éditorial concerné par la poésie, au statut et à la diffusion variables selon les pays. L’étude de la genèse des revues ou des maisons d’éditions, de leur évolution et de leur impact (les publics), mais aussi des choix éditoriaux qui déterminent autant la matérialité que la fréquence de la présence de la poésie sur le marché du livre (livres d’artistes à diffusion sélective, collections consacrées à la poésie, anthologies…etc.) sera son principal objet. Celle des publics et des modes de réception devrait également éclairer la diversité des approches culturelles déterminées par l’histoire spécifique à chaque pays (telle la place particulièrement importante accordée à la poésie au Québec, par exemple).
  4. Politique et poésie : cet axe d’étude est proposé dans la continuité du précédent. Il entend approfondir les relations que la poésie entretient avec la société en s’intéressant autant à l’institutionnalisation et la patrimonialisation d’œuvres poétiques qu’à leur diffusion à grande échelle par le biais de manifestations collectives consacrées. Il  étudiera tout particulièrement l’appréhension inévitablement restreinte et politiquement (culturellement) orientée d’une œuvre qu’engendrent de telles consécrations.