Aller au contenuAller au menuAller à la recherche

Diasporisations sociolinguistiques et précarité(s) spatiale(s) et langagière(s). Discrimination(s) et mobilité(s)

Huitième session des Journées Internationales de Sociolinguistique Urbaine (J.I.S.U.)

19.06.2014 - 20.06.2014

Université de Cergy-Pontoise

Les Journées Internationales de Sociolinguistique urbaine poursuivent depuis 1999 l'ambition théorique et méthodologique de couvrir le champ urbain sous le double rapport de l'espace et des langues. Elles expriment la nécessité de confronter des points de vue scientifiques et méthodologiques sur des thèmes et des concepts  relevant de  l'urbanité, de l'urbanisation linguistique et plus largement de tout fait sociolinguistique de dominance induit du modèle culturel urbain.

Les thématiques des précédentes journées ont porté sur les identités urbaines, les représentations de la variation langagière et ses effets corrélés aux espaces de ville, la complexité des rapports entre frontières et territoires, la prégnance des  signalétiques langagière et linguistique pour comprendre l’émergence discursive des espaces de ville, l’appropriation tendue de l’espace commun voire de l’espace public (agrégation / ségrégation) engagés dans les processus de stigmatisation, de hiérarchisation des parlures et des espaces,  les enjeux (théoriques et méthodologiques) de l’intervention sociolinguistique posée dans une perspective de développement durable urbain, et enfin les phénomènes de discriminations par ce qu’ils induisent et/construisent la polarisation sociale des espaces (polarisation négative de l’altérité).

Les travaux de la  précédente session (Saint Denis de La Réunion, 2012) des JISU ont permis de commencer à approcher le plus finement la discrimination (dont la discrimination sociolinguistique) ; il est a été question de percevoir/construire la discrimination – en tant que praxis  discursive – comme un des éléments centraux de la mobilité identitaire dans la mesure où les espaces investis par de telles recherches (voire les recherches-action) sont nécessairement ceux de locuteurs/trices plurilingues (i.e. qui ont des compétences plurilingues), sont les espaces de mobilité instaurés comme espaces de référence, et, partant, et cela n’est surtout pas paradoxal mais conséquent, les espaces diasporiques de la post-modernité en oeuvre.

Cette huitième session des J.I.S.U. propose ainsi de poursuivre – dans une même perspective et sociolinguistique et interdisciplinaire sur l’urbanité langagière,  les débats engagés précédemment sur les mobilités/motilités en s’attachant à questionner les corrélations complexes entre espaces  urbains diasporiques, discrimination et espaces de référence, multilinguisme et plurilinguismes des espaces et des situations et, enfin précarisation des langues.

En d’autres termes, il s’agit d’approfondir la compréhension, tant par les acteurs sociaux que par les chercheurs, des tensions socio-spatiales inter et intra-communautaires qui semblent perçues discursivement à l’aune des diverses formes de mobilité(s) (voire de migrance) quand elles peuvent renvoyer plus nettement à une pratique généralisée (par et pour la culture de l’urbanisation) de diasporisation des langues et de précarisation des pratiques langagières et des espaces qui leur sont dédiées.

Voir le programme J.I.S.U. 2014

Places limitées. Prendre contact avec les organisateurs : Marie-Madeleine Bertucci (marie-madeleine.bertucci @ wanadoo.fr) (marie-madeleine.bertucci@wanadoo.fr), Thierry Bulot (thierry.bulot @ univ-rennes2.fr) (thierry.bulot@univ-rennes2.fr) et Isabelle Boyer (isabelle.boyer @ u-cergy.fr) (isabelle.boyer@u-cergy.fr)