Nouvelles professionnalités dans les métiers de la relation

Les métiers de la relation (aussi nommés métiers relationnels, de l’humain ou encore de l’interaction avec autrui), englobent les activités professionnelles donnant lieu à une action sur, pour et avec autrui. Ces métiers s’exercent dans une pluralité de champs comme l’éducation, la jeunesse, la culture, le social, la santé, auprès d’une variété de destinataires (enfants, adolescents, jeunes, parents etc.) et au sein d’organisations publiques et privées situées à différents échelons territoriaux. Ils résultent historiquement de processus de spécialisation professionnelle dans un secteur ou auprès de publics ayant donné lieu à leur institutionnalisation ou plus récemment d’interventions publiques débouchant sur l’émergence de nouvelles activités professionnelles , comme dans le cas des référents, des coordinateurs, des chargés de projet sou des médiateurs, ou conduisant à des ajustements des frontières et des contenus d’activités pré-existantes, comme dans le cas des professions « établies » de l’éducation, du social et de la santé. En effet, depuis les années 1980, les contextes socio-économiques et les politiques publiques locales, nationales et européennes globales ou sectorielles ont modifié les contours, les prérogatives et les conditions d’exercice de ces différents métiers. Les mutations institutionnelles qui s’y opèrent mettent à l’épreuve le poids agissant de leur histoire et de leurs cultures professionnelles ou dans le cas des activités émergentes soulèvent des enjeux de définition des rôles, des compétences et des tâches, que ce soit dans le cadre de leur formation, de leur carrière ou dans le quotidien des services et établissements. Elles invitent à une réflexion diachronique à partir d’une approche socio-historique et diachronique à partir d’enquêtes monographiques et transversales sur ces métiers de la relation.

Les recherches menées interrogent :

- la formation initiale et continue des professionnels et les processus de professionnalisation en s’intéressant à leur évolution, aux référentiels qui les structurent et aux établissements qui les mettent en œuvre ;

- les logiques d’émergence et de reconfigurations des normes et des activités professionnelles et leurs effets sur l’identité et le travail des professionnels concernés en étudiant l’action publique, les gestes professionnels, les frontières et le contenu de l’activité et la pluri-professisonnalité ;

- les carrières des professionnels en analysant leur insertion et leur mobilité.

Au plan épistémologique, l’analyse des formations, des activités et des carrières professionnelles contribue à une compréhension approfondie des mutations des métiers de la relation dans plusieurs secteurs en articulant des approches théoriques complémentaires et au renouvellement des catégories d’analyse. Au plan méthodologique, la laboratoire EMA :

- privilégie des démarches empiriques plurielles et multi-niveaux (macro, meso, micro) permettant de mieux saisir la diversité des processus et leurs articulations ;

- développe des recherches collaboratives impliquant des organisations et des professionnels concernés par les mutations sectorielles et territoriales et des recherches comparées favorisant une compréhension élargie des phénomènes étudiés.