Pédagogies et didactiques

Les recherches de pédagogies et de didactiques s’inscrivent principalement dans le premier des quatre champs scientifiques du projet du laboratoire ÉMA pour les années à venir : Formation et pratiques d’enseignement.

Les recherches de pédagogies 

Les recherches de pédagogies étudient les savoirs professionnels des enseignants en situation, notamment les savoirs relatifs à la pédagogie, à la conduite de classe, à l'analyse et la gestion des situations d’enseignement-apprentissage. Les pratiques pédagogiques sont aussi étudiées au prisme des transformations de l’autorité et du statut du savoir : gestion des incidents par les professeurs débutants dans les classes, modalités de prévention des situations de violence à l’école et de formation à cette prévention, pratiques des exclusions temporaires... Des travaux portent également sur la pédagogie du supérieur, notamment sur les fonctions de l’écriture (lien avec la fiche « pédagogie du supérieur »).

Les recherches de pédagogies s’intéressent aussi aux « pédagogies alternatives », (pédagogies coopérative et institutionnelle) et aux « établissements différents », avec une visée praxique et professionnalisante. Les chercheurs du laboratoire ÉMA accompagnent des équipes d’enseignants pratiquant des pédagogies « différentes », en collaborant dans une perspective de réflexivité sur les pratiques et de production de connaissances scientifiques. Par ailleurs, des recherches portent sur l’histoire de la pédagogie, en particulier de la pédagogie institutionnelle et sur l’histoire du courant associant psychanalyse et éducation. L’interdisciplinarité des approches cliniques et institutionnelles est facilitée par le fait que les différents courants de la pédagogie institutionnelle s’y trouvent représentés. L’internationalisation de ces recherches est rendue possible par la création, en 2016, du réseau Pédagogie Institutionnelle International.

Les recherches de pédagogies abordent, enfin, les pratiques des parents qui instruisent en famille. Parmi ces parents figurent des enseignant.e.s qui sont en mesure d’importer et recomposer des savoirs professionnels. D’autres parents, a contrario, refusent de thématiser leur posture en termes « pédagogiques », tout en assumant d’œuvrer aux apprentissages des enfants. Cette diversité des pratiques est représentée dans le volet pédagogique et didactique du projet SociogrIEF, soutenu par l’ANR, l’INEX Paris-Seine et le Laboratoire de l’éducation (UMS CNRS, ENS de Lyon).

 Les recherches en didactiques

Les recherches en didactiques portent principalement sur le français et la géographie. Les objets et pratiques d’enseignement-apprentissage sont étudiés d’un point de vue épistémologique, historique et praxéologique en s’appuyant sur des corpus construits : textes institutionnels, manuels et supports d’enseignement, productions d’élèves, transcriptions de captations audio et vidéo.

Pour la discipline français, il s’agit de décrire comment elle se configure selon les contextes, et d’étudier ses composantes interdépendantes : étude de la langue et apprentissages langagiers ; littérature (patrimoniale et de jeunesse) et apprentissages culturels. D’une part, le séminaire international Hélice cherche à caractériser de quelles manières et dans quels contextes, la littérature a pu se constituer comme discipline dans différents pays européens ; le projet EUROLIJE vise à analyser les pratiques (notamment à l’école) qui permettent aujourd’hui en Europe de diffuser et de rendre accessibles aux jeunes lecteurs des livres sous toutes leurs formes. D’autre part, le réseau de la revue Scolagram promeut des recherches articulant un enseignement de la langue s’appuyant sur des connaissances actualisées à une évaluation des besoins langagiers des élèves et à une analyse des pratiques des enseignants dans les cadres institutionnels existants. Dans le prolongement de la recherche Lire-écrire au CP, à laquelle plusieurs enseignants-chercheurs ont participé, une cartographie des pratiques effectives d’enseignement du français à l’école primaire est engagée. Par ailleurs, une tâche du projet SociogrIEF est d’étudier les modalités familiales d’enseignement-apprentissage de la lecture – écriture en les confrontant aux données actuelles de la didactique disciplinaire, quel que soit l’âge des enfants non scolarisés.

En géographie, les chercheurs étudient les ressources mobilisables en classe et interrogent l’intérêt d’intégrer les approches épistémologiques dans l’enseignement de la discipline :  les savoirs sont pensés, trop souvent, indépendamment de leur construction. Certains membres du laboratoire réfléchissent à l'histoire de l'enseignement de la géographie et à celle des savoirs sur l'espace. Les écritures du géographique ou les relations entre géographie et littérature sont par ailleurs interrogées dans une perspective transversale.

Les chercheurs d’ÉMA croisent ainsi des approches pédagogiques et didactiques sur les pratiques d’enseignement-apprentissage. Leur objectif ne consiste pas simplement à les juxtaposer, mais à les articuler. Cette articulation constitue un enjeu important pour les Sciences de l’éducation, en visant à renforcer leur cohérence en tant que champ disciplinaire. D’autres croisements passent par le choix de certains objets de recherche, considérés comme des analyseurs majeurs des mutations sociétales contemporaines, et qui sont étudiés quant à leurs effets sur les acteurs et les pratiques : la pédagogie de l’enseignement supérieur, les transformations du rapport au savoir, les mutations de la forme scolaire, les usages et effets pédagogiques et professionnels des outils mobilisables dans l'enseignement à l’ère du numérique.