AGORA

Journée d'études L'Etat et son territoire

L’Etat et son territoire depuis l’Antiquité : construction, déconstruction et reconstruction

15.02.2019

Journée d'études organisée par Alexandre Ruelle et Florian Coppée
Salle Simone Veil - Site des chênes 1 - 9h-17h

Le territoire est au cœur de la construction de tout État, quelque soit sa taille : il est le premier critère, du moins le plus visible, pour définir un État puisqu’il constitue à la fois son enveloppe et son cœur. Si la dimension territoriale du processus étatique passe souvent inaperçue, un État sans territoire n’existe pas : toute construction politique recherche un ancrage géographique à l’exemple de « Daesh », voire chevauchent plusieurs territoires comme les cartels de la drogue. Tout territoire offre un patrimoine et des ressources naturelles et humaines nécessaires à un État, bien que certains soient davantage prisés – les plaines et littoraux paraissent offrir plus de possibilité que de hautes montagnes ou bien des zones volcaniques, englacées et arides. Tous ces espaces ont fait et font l’objet d’expériences politiques ! Cette rencontre vise à proposer une nouvelle vision de la construction de l’Etat en étudiant la place du territoire dans ce processus et en identifiant le rapport que ses acteurs entretiennent avec leur territoire et leur(s) représentation(s) de celui-ci. Dans quelle mesure le territoire façonne-t-il un État et l’identité de celui-ci ? Existe-t-il des critères géographiques idéaux pour (re)créer un État ? La localisation d’un État a-t-elle un réel impact dans sa déconstruction ? S’inscrivant dans le temps long, de l’Antiquité à de nos jours, cette rencontre trans-périodes historiques et transcontinentale se veut aussi transdisciplinaire. Historiens, géographes, littéraires, politistes, civilisationnistes, sociologues des axes « Territoires et conflits » et « Politique » d’AGORA sont invités à interroger le lien étroit mais complexe entre l’État et son territoire selon quatre axes :

  • La construction d’un État. Quelles sont les circonstances de sa naissance ? Existe-t-il un contexte particulier, des éléments déclencheurs ou des critères territoriaux bien définis conditionnant le processus étatique ? Soulignons le rôle des conflits qui ont un impact décisif dans l’unification des Espagnes, la naissance de la Nation France ou celle des États-Unis.
  • La déconstruction d’un État. Comment meurt un État ? Quel rôle le territoire joue-t-il dans la chute d’un État ? Certains espaces géographiques sont-ils d’emblée vecteurs de projets chimériques ? Les États latins d’Orient, les anciens États-tampons de l’Europe lotharingienne, les Républiques-sœurs ou encore la Pologne ont tous disparu à cause de leur situation géographique.
  • La reconstruction d’un État. Pourquoi certains territoires sont-ils marqués par un projet politique distinct ? Certaines constructions s’appuient-elles sur d’anciennes expériences politiques ? Le patrimoine très prisé de certains États disparus a été à l’origine de projets de recréation d’État (Grèce, Italie fasciste, Israël…). L’aspect administratif de la redéfinition d’un État est aussi envisagé (régions, départements…).
  • Les projets utopiques et uchroniques d’État. Pourquoi certaines constructions se révèlent-elles impossibles ? Quelle place le territoire occupe-t-il dans ces projets d’États imaginaires, rêvés, fantasmés ? Pensons à l’idylle d’un État communiste, à l’utopie des États-Unis d’Afrique du Sud de Clarke (2061 : Odyssée trois), à la construction d’États imaginaires dans certains jeux vidéos.

Programme : Télécharger le fichier «Programme.pdf» (15.2 KB)

Plan : Télécharger le fichier «Chênes Cergy.pdf» (228.9 KB)

Alexandre Ruelle
alex.ruelle @ hotmail.fr

Partager :