AGORA

Écrire dans l’intermédialité. Une réflexion autour du processus d’écriture texte/image dans le texte poétique Marcher dans Londres en suivant le plan du Caire

Virginie Gautier

L’article présente, à travers le prisme du rapport texte/image, le processus de travail qui a accompagné la création du texte Marcher dans Londres en suivant le plan du Caire, paru aux éditions Publie.net en 2014, long poème accompagné d’images et nourri par un ensemble documentaire aussi bien textuel que visuel. Les formes du flux et de la dérive qui en sont les motifs récurrents se sont confondues pendant l’écriture avec les ressources de l’outil numérique. Cette utilisation de l’outil a façonné le développement du récit poétique, en a constitué le parcours et les orientations. Les citations posent des jalons, les images textuelles composent le corps du poème tandis que les images visuelles fonctionnent comme des propositions. Chaque élément développe une forme « d’expression à halo » comme l’énonçait Julien Gracq au sujet d’une utilisation proprement poétique de l’écriture. Cette expression qualifie aussi bien le texte que les images, qui dialoguent par rebonds, et produisent une forme d’indétermination propre à l’idée « du vague, du flou, du nuage » — esquisses d’une ville mouvante imaginée dans le poème. Il s’agit d’interroger d’abord le processus qui consiste à écrire à partir d’un ensemble de documents visuels et multimédias, puis de présenter le travail sur les images in praesentia, enfin de s’intéresser plus largement à l’idée, en apparence paradoxale, de documentation poétique.

Mots clés : Intermédialité, processus d’écriture, rapport texte/image, documentation poétique, Marcher dans Londres en suivant le plan du Caire

Télécharger l'article (1.4 MB)

Partager :