AGORA

Colloque international De quoi rêvent les Européens?

L’imaginaire collectif des peuples de l’Europe depuis 1945

17-18 janvier 2013 à Paris, Académie Polonaise des Sciences Centre Scientifique à Paris 74, rue Lauriston 75116 Paris

Les fondateurs de l’Europe ont fait rêver les Européens à un projet commun et ainsi l'Europe a pu être créée et soutenue. Mais cette Europe chemine avec de plus en plus de difficultés. Serait-ce parce que l’Europe ne fait plus rêver ? Le sens commun donnerait d’emblée une réponse positive. Mais, si la question est : « De quoi rêvent les Européens aujourd’hui ? », les réponses paraissent aussitôt moins évidentes et les sentiers de la recherche toujours porteurs de révélations nouvelles.
Pour désigner cette réalité insaisissable : mythe, utopie, rêve, fiction, imaginaire, pour trouver le mot juste, les sciences humaines et sociales croisent les disciplines. Nous retenons ici la notion d’imaginaire pour désigner les représentations chargées d’affects, porteuses de significations pouvant influencer le raisonnement, le jugement, l’action. Les théories contemporaines de l’imaginaire, de Bachelard à Durand et à Castoriadis, de Ricoeur à Wunenburger, s’accordent pour dire que l’individu et même la réalité immédiate s’effacent derrière le produit de l’imaginaire collectif, partagé par le groupe sans véritable conscience de ses origines historiques ou conceptuelles. Est-ce qu’il existe un imaginaire collectif européen commun ? Si oui, de quoi se nourrit-il ? Des droits de l’homme ? De la démocratie ? De l’écologie  comme nouvel humanisme ? De la diversité culturelle ? Ou bien, à l’inverse, doit-on se contenter seulement d’évoquer des imaginaires nationaux, régionaux, locaux, qui seraient —ou pourraient être— en conflit les uns avec les autres ? Plus important encore pour nous, ici, ces imaginaires multiples  revendiquent-ils, en ce cas, une quelconque « européanité » — et si oui, laquelle ?
Pour des raisons pratiques, ce colloque évitera les collections d’éléments constitutifs de l’imaginaire européen : thèmes, motifs, topoï. Les deux journées seront consacrées à une interprétation du rêve européen, afin de tenter de dégager ses implications socio-politiques. Quelle est donc la place de l’imaginaire des Européens dans les prises de position, dans les définitions des normes et des valeurs, dans les décisions ? Des philosophes, des sociologues, des politologues et des littéraires se proposent ici de comprendre de quoi rêvent les Européens et quel rôle joue l’imaginaire dans la façon dont on comprend l’Europe.

  1. Rêve, utopie, mythes ou idéal ?
Quelles sont les notions qui étayent l’imaginaire européen ? Pourquoi a-t-on besoin d’une mythologie commune pour mener à bien le projet européen ? Notre constat de départ est que la relation à l’Autre est devenue le critère identitaire dans l’espace européen occidental d’aujourd’hui (plus jamais Auchwitz, plus jamais la colonisation, plus jamais le Goulag — qui commence à entrer dans cette vulgate de la  morale européenne). Il en résulte un impératif de la tolérance, de la cohabitation culturelle, de la diversité, du refus de tout discours qui mettrait en avant la race, l’identité ou la nation, assimilé à du nationalisme. On leur préfère le discours sur le patriotisme européen critique de Lipski, ou celui sur la communauté des citoyens de Schnapper. L’identité culturelle est ainsi associée souvent à l’essentialisme.

  2. Désaccords et controverses
Quels sont les récits sur le passé commun des européens ? Sur les projets d’avenir ? Quelle est la place des spécificités nationales dans la définition des imaginaires et jusqu’à quel point elles peuvent être en conflit ? Finalement, parle-t-on de la même chose à l’Est et à l’Ouest, ces notions sont-elles comprises de la même manière ? Dans ce deuxième temps il s’agira donc de comprendre les sources de l’incommunicabilité d’expériences et de représentations au sein de l’Europe.

  3. De l’ambition universelle aux valeurs  universalistes
Existe-t-il un conformisme de pensée, un mainstream européen qui permet d’échapper aux controverses ? Est-ce assimilable à ce que certains  et que appellent le politiquement correct ou la langue de bois qui façonne désormais l’imaginaire des Européens ? De quoi est-il fait ? Occulte-t-il des tabous et, si oui, lesquels ? Comment les valeurs européennes sont-elles perçues dans le monde et comment agissent-elles sur l’imaginaire des (autres) peuples ?

- Voir le programme

Partager :