EMA

Concours international d'idées ARCHISCOLA

Construire une école pour demain

23.11.2016

Il s’agit de faire émerger des innovations articulant architecture, design et sciences sociales, de promouvoir une nouvelle manière de penser l’architecture scolaire qui tienne compte des acquis des sciences sociales, de rendre visible des projets d’architectes pouvant se déployer en France et à l’étranger. La forme scolaire est aujourd’hui questionnée comme jamais auparavant, par la pluralisation des socialisations juvéniles, par le tournant global et par l’explosion des technologies. Pourtant, les fondamentaux de la culture et de la grammaire scolaires résistent. Dans ce contexte, l’architecture scolaire est partie prenante de ce qui se joue dans le lieu scolaire.

Article 1 : Objectifs

L’architecture scolaire est aujourd’hui proche de celle du début du siècle (une magistralité de la transmission véhiculée par une organisation spatiale, une absence de fluidité due à la disposition des tables, une luminosité ou une acoustique sans prise en compte a priori des contraintes des artefacts numériques,…), les cahiers des charges des commandes publiques étant très contraints. Notre projet prend en considération plusieurs types de contraintes que les sociétés modernes traitent de manière éclatée alors qu’elles ont un impact structurant sur les performances et la qualité scolaire. Le premier type de contraintes relève des questions d’architecture scolaire et d’aménagement, la seconde relève des équipements numériques pour les écoles, le troisième des questions de mixité sociale et d’implantation.

Si l’espace scolaire est une thématique travaillée et en tension sur les questions de gestion basse consommation, d’optimisation énergétique, de design des espaces circulants et lumineux, les aménagements scolaires de la salle de classe restent encore le plus souvent sur un mode classique de l’école mutuelle industrielle du début du XIXe siècle. Ils induisent l’espace scolaire au service d’un enseignant qui élabore une pédagogie de la magistralité. Dans le même temps, les technologies numériques déferlent sur les salles de classes dans une diversité d’usage, support à la magistralité, au travail de groupe, et au travail individuel. Elles doivent se mettre en œuvre dans des espaces qui ne sont pas pensés encore aujourd’hui en fonction des usages potentiels du numérique. Les tentatives de réflexion sur l’architecture scolaire et le numérique, le plus souvent du fait des constructeurs et éditeurs de matériels, pensent l’espace comme un instrument de la gestion des individus avec des traçages de parcours, des accès, etc. Or, le lieu participe de la construction des sujets et des modalités de la relation pédagogique. Les lieux parlent : ils sont performatifs bien au-delà de leurs fonctions matérielles. L’espace scolaire incarne certaines valeurs scolaires mais il est aussi prescripteur : il doit également devenir un véritable lieu à vivre. Certes, l’architecture de l’école n’assure pas en elle-même une fonction pédagogique, mais elle y contribue. À l’instar de la dévolution des Environnements Numériques de Travail qui se sont transformés et sont restés figés à des environnements numériques de gestion de la scolarité, on n’envisage pas l’architecture et les technologies selon leur potentiel de rénovation des pratiques éducatives. L’architecture scolaire est un domaine d’études qui a permis de mettre en évidence, comment dans le temps, celle-ci a reflété à la fois l’histoire des idéologies de l’école et la pédagogie dominante. À la fois lieu de circulation et de surveillance, elle est soumise au regard panoptique tout en étant investie physiquement et affectivement par les élèves. Les pédagogies modernes ont un peu influé sur l’architecture et son génie civil. Il s’agira se prendre en compte à la fois les contraintes liées aux bâtiments et les contraintes liées à de nouvelles formes d’enseignement, et notamment à l’usage des technologies numériques. Il s’agira aussi de penser l’ouverture de l’école sur l’extérieur : le quartier, les parents …. Il s’agira aussi de penser aux contraintes écologiques : Bâtiment écoresponsable / écoconstruction / développement durable.

 

Article 2 : Spécificités

La spécificité de ce concours tient à :

Un appel d’offre en architecture qui tienne compte spécifiquement des questions de pédagogie et des sciences sociales ;

Un jury pluridisciplinaire avec de grands architectes mais aussi des professeurs d’université en sciences de l’éducation et d’autres en génie civil ;

Un jury où les usagers ont une place (élèves, étudiants, professeurs...).

 

Article 3 : Calendrier

Lancement du concours : 20 mars 2016

Inscription au concours : 1er avril 2016 - 15 mai 2016

Retour des projets : 1er octobre 2016

Conférences et Remise des prix : 23 novembre 2016

 

Article 4 : Modalités

Il s’agira d’inventer une école pour demain dont le principe, la structure et l’agencement interne tiennent compte à la fois du développement des technologies numériques, de la pluralisation des socialisations juvéniles, de la nécessaire ouverture des établissements sur l’extérieur et des acquis des pédagogies « nouvelles ».

Il s’agira de proposer tout ou partie d’un bâtiment innovant, d’une surface totale de plancher de l’ordre de 500 m², dans sa conception d’ensemble autant que dans les lieux d’enseignement et de vie proposés.

 

Critères

Justifications pédagogiques/sociales des choix architecturaux ;

Éventuelle collaboration avec une équipe pédagogique ;

Réflexion sur l’environnement physique (ambiances sonore, visuelle, lumineuse) ;

Place et traitement du numérique.

 

Catégories

Chacun des projets explicitera les trois catégories qui le concernent : un type de projet, un niveau, une échelle

Type de projet : Neuf / Réhabilitation ;

Niveau : élémentaire, collège, lycée, enseignement supérieur ;

Échelle : Mobilier et Design intérieur / Architecture.

 

Article 5 : Participants

Le concours est ouvert à tous les étudiants en école d’architecture et aux architectes. Les inscriptions peuvent être individuelles, ou collectives (cabinet, école, etc.).

 

Article 6 : Jury du concours

Des universitaires

Solenne Codet, ingénieure en bâtiments et agrégée en Génie Civil de l’université de Cergy-Pontoise / Jean-Pierre Chevalier, professeur des universités en géographie de l’université de Cergy-Pontoise / Luc Dall’Armellina, maître de conférences en arts et design de l’université de Cergy-Pontoise / Marie-Claude Derouet-Besson, professeure des universités sciences de l’éducation à l’université de Lyon / Éric Dugas, professeur des universités sciences de l’éducation à l’université de Bordeaux II / Jacques Gleyse, professeur des universités en sciences de l’éducation à Montpellier / François Durpaire, maître de conférences en sciences de l’éducation et historien de l’école de l’université de Cergy-Pontoise / Jean-Louis Durpaire, inspecteur général de l’éducation nationale honoraire, expert auprès du Centre International d’Etudes Pédagogiques / Bruno Fiorio maître de conférences en génie civil, directeur du département génie civil de l’UFR sciences et techniques de l’université de Cergy-Pontoise / Alain Jaillet, professeur des universités en sciences de l’éducation, titulaire de la chaire UNESCO « francophonie et révolutions des savoirs » de l’université de Cergy-Pontoise / Laurent Jeannin maître de conférences en sciences de l’éducation de l’université de Cergy-Pontoise / Béatrice Mabilon-Bonfils, directrice du laboratoire ema, professeure des universités en sociologie, de l’université de Cergy-Pontoise / Sébastien Pesce, maître de conférences en sciences de l’éducation, de l’université François Rabelais de Tours / Andrew Stables, Professeur de philosophie de l’éducation, Directeur adjoint de la recherche, Université de Roehampton (Londres) / Geneviève Zoia, professeure des universités en anthropologie à l’université de Montpellier / Caroline d’Auria-Goux, chargée de l’expérimentation et de la recherche à la Cité du Design de Saint-Etienne.

Des architectes

Guillaume Koffi, un des plus grands architectes ivoiriens / Amélie Essesse, architecte spécialisée dans la conservation du patrimoine et du développement durable / Lionel Formentelli, architecte à Marseille / Vincent Parreira, architecte engagé franco-portugais nominé à l’ecola award 2012 mention au prix de l’équerre d’argent 2011 ; enseignant à l’école spéciale d’architecture ESA, lauréat du concours « l’envers des villes » au Brésil, avec l’association française d’action artistique, récompensé en 2011 pour le groupe scolaire Casarès Doisneau à Saint-Denis d’une mention à l’Équerre d’Argent / Rudy Ricciotti, architecte et ingénieur, auteur de réalisations marquantes en France Centre chorégraphique national d’Aix-en-Provence, passerelle pour la Paix à Séoul ou le Nikolaisaal de Potsdam en Allemagne, le Palais des festivals à Venise, le Musée d’Art Contemporain de Liège ou encore le Philharmonie de Gstaad pour festival créé par Yehudi Menuhin ou le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM), à Marseille / Boubacar Seck, architecte Atelier_42_pixel, vice-président du C2D.

 

Des usagers
Tom-Edouard Mabilon, Anne Dizerbo, Latifa Rebah, Saha Zbairi, Martine Faucon, Sofia Hachemi et les étudiants du master CPE de l'université de Cergy-Pontoise, Béatrice Gerlaud et les élèves de seconde du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie, les doctorants de la chaire UNESCO de l'université de Cergy-Pontoise, des élèves du collège Henri Wallon de Garges les Gonesses.

 

Le comité d’organisation est constitué des membres du laboratoire ÉMA : Béatrice Mabilon-Bonfils, directrice et porteuse du projet ; Magalie Boudoux, ingénieure d’études ; Massouma Sylla, gestionnaire ; Philippe Charpentier, ATER ; Laurence Lafitte, doctorante contractuelle ; les enseignants-chercheurs d’ÉMA.

 

Article 7 : Prix

Les prix seront remis lors d’une cérémonie à l’université de Cergy-Pontoise, ouverte par une conférence. Les travaux des participants y seront présentés.

Le premier prix sera d’un montant de 2000 euros.

Le deuxième prix sera d’un montant de 1500 euros.

Le troisième prix sera d’un montant de 1000 euros.

 

Article 8 : Documents à fournir

Une maquette réelle du projet présentant l’établissement dans son ensemble ou la classe

Les documents nécessaires à la compréhension de votre projet présentant l’établissement ainsi que un ou plusieurs lieux d’apprentissage.

Pour les concepteurs maîtrisant les nouvelles technologies de représentation 3D une maquette virtuelle sera la bienvenue.

L’ensemble de ces documents seront présentés sur 1 ou plusieurs A0 (3 maximum).

(Un vidéoprojecteur sera également à votre disposition durant le rendu).

 

Article 9 : Informations pratiques

Pour toute information contactez : Laboratoire ÉMA (École, mutations, apprentissages) - EA 4507 Université de Cergy-Pontoise :

Magalie Boudoux (Ingénieure d’études) :

     magalie.boudoux@u-cergy.fr

Béatrice Mabilon-Bonfils (Directrice du laboratoire ÉMA) :

     beatrice.mabilon-bonfils@wanadoo.fr

 

Avec le soutien du laboratoire ÉMA, de la Fondation UCP, de l'IEA de l'UCP et de l'ESPE de l'académie de Versailles.

Avec la collaboration des services centraux de l'UCP.

 

Le concours est gratuit et ouvert à tous. Il aura lieu le mercredi 23 novembre 2016 sur le site de Hirsch à Cergy.

A suivre sur le compte Twitter du laboratoire ÉMA : @UCP_laboEMA

 

Télécharger le règlement et la fiche d'inscription

Télécharger l'affiche

Télécharger le dossier de presse

Télécharger le programme de la journée

Télécharger les informations pratiques

 

 

 

Partager :