I-MAT

3- Diverses pathologies affectant les pierres agrafées de façade

Les laboratoires GEC et LPPI étudient les diverses pathologies (vandalisme, éclats, fissures, ...) affectant les pierres agrafées de façade. Le site des « Chênes 1", bâtiment de l’Université de Cergy Pontoise, a constitué une étude de cas. Ainsi, l’analyse chimique a permis de montrer que les taches graisseuses (désordre esthétique) fréquemment observées sur ce type de façades, proviennent de la migration des produits de dégradation du mastic silicone appliqué sur l’agrafe à l’arrière de la pierre. La faible densité, voire l’absence, de taches dans les zones abritées des précipitations montre que l’eau joue un rôle essentiel dans la formation de ce désordre.

Partager :