LERMA-LAMAp

Espace vulgarisation et galerie d'images

Présentation des activités du laboratoire

Les étoiles et les planètes naissent dans la poussière (à voir en vidéo).

Voici quelques posters de vulgarisation astronomique optimisés pour un affichage à l'écran.

Zones de formation d'étoiles, régions HII et sources infrarouges IRAS

Codella a constitué, en 1994, un catalogue contenant 252 sources infrarouges détectées par le satellite IRAS (Infrared Astronomical Satellite) et associées à des régions H II (hydrogène ionisé), c'est à dire à des zones du ciel susceptibles d'abriter des étoiles en formation. En utilisant l'observatoire virtuel SkyView de la NASA et des scripts automatiques d'extraction et de traitements d'images, nous avons réalisé une imagerie trichrome des régions de ce catalogue afin de repérer facilement les nuages apparaissant en bande infrarouge Ks. Ceux-ci peuvent indiquer éventuellement la présence d'hydrogène moléculaire H2.
Nous avons ainsi sélectionné 29 sources IRAS montrant des objets en bande Ks. Ils sont déjà connus comme régions de formation d'étoiles, l'imagerie trichrome mettant plus facilement en évidence la structure de ces zones.
Les images utilisées sont extraites des catalogues d'images 2MASS (Two Micron All Sky Survey) pour les bandes infrarouge J et Ks. Les images dans la bande visible rouge sont issues du DSS2 (Digitized Sky Survey).
Le compositage trichrome est réalisé de la manière suivante : Rouge = bande Ks (2.17 μm), Vert = bande J (1.25 μm), Bleu = bande visible rouge (0.7 μm).

 

Catalogue BHR des nuages moléculaires sombres de l'hémisphère sud

Bourke, Hyland et Robinson ont créé, en 1995, un catalogue (BHR) contenant 169 petits nuages moléculaires isolés de l'hémisphère sud. L'intérêt de ces nuages est de permettre l'étude de régions de formation d'étoiles isolées de faible masse.
Dans le visible, ils se distinguent par un nuage sombre qui absorbe la lumière et qui contraste avec les étoiles du champ environnant. L'absence d'étoiles au premier plan suggère qu'ils ne sont pas très éloignés (<500 parsec) ce qui permet de les résoudre avec les grand télescopes. Du fait de leur isolement, leur étude est dans l'ensemble plus facile que celle des grands nuages moléculaires car les phénomènes en jeu sont moins complexes.
Nous présentons ici des images en trichromie des plus beaux objets de ce catalogue réalisées à l'aide de 3 clichés : un dans l'infrarouge, extrait du 2MASS (Two Micron All Sky Survey) à 2.2 μm de longueur d'onde et les deux autres dans le domaine visible, extraits du DSS (Digitized Sky Survey). Les images de base, en échelle de gris, ont été recadrées et assemblées pour former une image en couleurs : il s'agit des couleurs que l'oeil pourrait voir s'il était sensible à l'infrarouge.
Sur les clichés, le rouge correspond à 2.2 μm, le vert à 0.7 μm et le bleu à 0.4 μm.
La longueur d'onde de 2.2 μm est particulièrement intéressante car elle visualise les zones d'émission de l'hydrogène moléculaire (H2). Ce sont précisément les endroits où se forment les étoiles. Par exemple, les images de BHR 23, BHR 36 et BHR 71 montrent de vastes zones rouges à l'intérieur desquelles une ou plusieurs étoiles sont en train de se former et sont encore entourées de leur cocon de matière qui les rend invisibles. A cette longueur d'onde, la lumière de certaines étoiles d'arrière plan arrive à passer à travers le nuage sombre car elle est moins absorbée. Elles apparaissent en rouge vif sur les images.

 

 

Stage des étudiants à l'observatoire de Haute-Provence

Voici quelques belles images astronomiques destinées au grand public :

Les nuages sombres de l'hémisphère sud

 

Quelques objets du ciel profond observés à l'Observatoire de Haute-Provence lors d'un stage pour les étudiants de l'Université de Cergy-Pontoise

 

Régions HII et sources IRAS

Partager :