MRTE

Towards a Social and Spatial Risk Perception Framework

Pour une analyse sociale et spatiale des représentations du risque

01.07.2015 - 01.09.2015

Publication de Rufat Samuel dans la revue en ligne cybergeo "Towards a Social and Spatial Risk Perception Framework », Cybergeo : European Journal of Geography" dans la rubrique Systèmes, Modélisation, Géostatistiques.

Alors que les études de perception et de représentation du risque se sont développées en un vaste champ interdisciplinaire depuis le début des travaux de géographes et des psychologues dans les années 1960, l’effet des nombreux facteurs sur la perception du risque reste controversé. Cet article propose de passer d'approches localisées ponctuelles à une analyse territoriale afin d’explorer la relation entre perception du risque, exposition aux aléas et ségrégation résidentielle. Les analyses reposent sur une enquête spatialement et socialement représentative (n = 621) à Bucarest, Roumanie. Bucarest est une capitale européenne particulièrement exposée aux inondations, séismes, accidents industriels et pollutions. La désindustrialisation rapide et l’entretien de la mémoire des derniers séismes majeurs sont le contexte stimulant idéal pour explorer les dimensions temporelles et territoriales. L’enquête est utilisée pour confronter trois différents modèles: les évaluations agrégées des événements extrêmes, l'importance des différences individuelles, et une analyse des correspondances multiples permettant de mettre l'accent à la fois sur les différences entre les phénomènes évalués entre les personnes interrogées. Les résultats sont cartographiées et comparées avec des cartes d’exposition aux aléas afin de mettre en évidence les quartiers où il ya des disparités considérables entre le risque perçu et risque mesuré. Ces comparaisons établissent la pertinence d’une analyse territoriale. Les résultats valident également la plupart des hypothèses classiques et révèlent le fort pouvoir explicatif des variables spatiales. Cela implique que les enquêtes par sondage aléatoire ainsi que les études localisées ponctuelles peuvent avoir été systématiquement biaisé. Les fortes oppositions territoriales dans les représentations du risque sont expliquées par la ségrégation résidentielle et l'environnement des répondants. Les implications pour les études sur la perception des risques et la communication des risques sont alors discutées.

En savoir plus