MRTE

FRUGAL : Les figures de l’urbain généralisé au filtre des mobilités durables

Fiche d’identité

Programme ANR : Villes et Bâtiments Durables (VBD) 2012

Début du projet : Janvier 2013

Durée du projet : 30 mois 

Coordinateur du projet : Xavier DESJARDINS (Géographie-cités)

Référence projet : ANR-12-VBDU-0012

Partenaires : Agence d'urbanisme Brès+Mariolle (ABM), Eco-AE Eco Anthropologie et Ethnologie (UMR 7206), Géo-Cité (UMR 8504 Géographie-Cités), Laboratoire MRTE (Cergy-Pontoise), AUSSER (UMR 3329 IPRAUS)

Présentation

 Les figures rurales de l’urbain généralisé au filtre des mobilités durables

Comment les espaces de faible densité, qu’ils participent du rural ou du périurbain selon les catégories de l’INSEE, peuvent-ils contribuer, à leur manière, au développement de territoires globalement plus durables ? La présente proposition de recherche postule que, à côté et en complément des figures compactes, denses et diversifiées de l’urbain aggloméré, existent les « figures rurales d’un urbain généralisé ». La problématique se pose ainsi de la manière suivante : de quelle manière peut-on faire participer les espaces de faible densité au projet de la «mobilité durable » ?

Une approche en positif des espaces de faible densité
Il s’agit de dépasser l’approche « en négatif » de ces espaces de faible densité, « en creux par rapport à l’urbain » comme l’exprimait le groupe de travail portant sur la « Structuration de l’espace rural : une approche par les bassins de vie » (INSEE, SCEES l’IFEN, et la DATAR, 2003). Deux recherches menées par certains membres de notre équipe dans le cadre du PUCA et du PREDIT sur un échantillon de territoire situés entre pôles urbains ont permis de faire émerger certains enseignements qui confortent la pertinence de cette approche : isotropie relative du semis des agrégats bâtis et faibles distances les séparant, distribution dense des services . Des potentiels de proximité existent et sont autant d’éléments favorables aux modes de déplacement alternatifs à l’automobile ou à de faibles kilométrages automobiles. Pourtant, ces mobilités alternatives sont souvent un impensé de l’aménagement rural ou périurbain.

Partant de ces premiers acquis méthodologiques, nous proposons d’élargir le champ de cette démarche à l’échelle du territoire métropolitain et d’explorer les caractéristiques spécifiques de ces espaces peu denses sur quatre plans :
• au plan morphologique de la dispersion des agrégats bâtis (petite ville, bourgs, villages, hameaux), de la configuration des réseaux qui les desservent et du maillage des trames verte et bleue ;
• au plan sociodémographique de la distribution des populations, des emplois et des services au sein de ce semis d’agrégats bâtis, afin de déceler l’accessibilité potentielle aux différentes ressources ;
• au plan des pratiques de mobilité effectives qui seront reconstituées à partir de travaux statistiques et d’entretiens. Il s’agit de faire ressortir et d’expliquer la « teneur en proximité » de ces territoires ;
• enfin, au plan des politiques locales d’aménagement aux différentes échelles de gouvernance et de planification et des dynamiques économiques propres à ces territoires.

La synthèse de ces quatre plans permet de faire émerger des systèmes territoriaux différenciés et de déterminer leurs capacités à contribuer au développement de mobilités plus durables. Cette exploration s’appuiera sur l’analyse d’une quinzaine de « prélèvements » (« carrés » de cinquante kilomètres de côté). Ces « carrés», situés en France métropolitaine, recouvriront la diversité des paysages et des héritages ruraux (pays bocager, d’openfield, pays méditerranéen, moyenne montagne).

Les termes de l’équation d’une mobilité durable en milieu peu dense

L’objectif est de proposer une lecture renouvelée des potentialités de ces espaces peu denses, aujourd’hui considérés comme des territoires perdus pour la mobilité durable. Leur dynamisme démographique actuel est parfois même considéré comme dommageable du point de vue du développement durable. Le but est donc de préciser les termes de l’équation d’une mobilité durable en milieu peu dense. Il s’agit de fournir des outils d'analyse et d’aide à la décision d’aménagement, construits à partir des variables territoriales apparues comme déterminantes dans les pratiques de mobilité (dispersion des établissements humains, distribution des services, configuration des maillages viaires, organisation des transports collectifs, systèmes locaux de production, etc.).

 

http://http://www.agence-nationale-recherche.fr/projet-anr/?tx_lwmsuivibilan_pi2[CODE]=ANR-12-VBDU-0012