Recherche

Prévenir une crise sanitaire, sociale, ou toute situation de blocage ?

Focus sur un modèle économique qui rend possible la prise de décision même en cas de grande incertitude quant aux conséquences

06.04.2017

Les travaux de certains chercheurs en économie (microéconomie) portent sur les méthodes de prises de décisions. Ces chercheurs sont des théoriciens, des modélisateurs. Ils cherchent à identifier comment, face à différents choix possibles, un individu ou un groupe d’individus peut prendre la décision la plus efficace pour un collectif plus large. Par exemple, quelles méthodes un gouvernant devrait-il employer pour que la décision qu’il prend sur un sujet particulier soit celle qui sera au plus près du consensus au sein du groupe que le gouvernant représente ? Explications.

Alignement de portes fermées : laquelle choisir ?

Une décision efficace (telle que définie par le sociologue et économiste italien Pareto) dans un contexte de choix collectif, est celle qui permet de garantir que les autres possibilités -non choisies- ne sont pas plus appréciées que la décision prise par le groupe entier.  Si A, B et C sont les différents choix possibles, B est la décision la plus efficace si ni A, ni C sont plus appréciés que B par le groupe.

Un modèle qui fonctionne parfaitement en contexte de certitude

Dans les contextes où les conséquences des choix proposés sont bien connues et actées par l’ensemble des entités concernées par la décision, les économistes ont déjà conçu des modèles qui permettent de certifier qu’une décision est efficace.

Par exemple, tout le monde s’accorde sur le fait que mettre sa ceinture de sécurité réduit considérablement les dégâts humains lors d’un accident de voiture. Lorsqu’il a été question de faire un choix entre rendre obligatoire ou non le port de la ceinture de sécurité, il n’y avait aucune incertitude sur l’effet bénéfique du port de cette ceinture. La décision de rendre celui-ci obligatoire a été efficace. En cela, les économistes sont capables d’en faire la preuve mathématiquement.

La théorie utilisée est celle de la Théorie du choix social née au 18e siècle avec Condorcet puis remise au goût du jour par K. J. Arrow, prix Nobel d’économie, en 1951. Arrow en a conçu un modèle mathématique, repris, questionné et enrichi depuis par de nombreux travaux d’autres économistes. Celui-ci décrit les conditions qui permettent de transformer un ensemble de préférences individuelles (choix de chaque individu) en une préférence collective = choix social (choix qui représente le mieux la synthèse collective des choix individuels).

La difficulté de ce modèle est qu’il ne fonctionne bien que dans les cas où, comme pour la ceinture de sécurité, chacun s’accorde avec certitude sur les conséquences de chaque choix. Avec ceinture, les dommages humains sont réduits, sans ceinture les dommages humains sont graves.

Quid de ce modèle en cas d'incertitude ?

Malheureusement, la plupart des décisions que les dirigeants de ce monde ont à prendre se font dans un contexte de forte incertitude quant aux conséquences des choix faits. Prenons l’exemple des effets des gaz à effet de serre sur le réchauffement climatique. À ce jour, les prévisions des scientifiques non seulement ne vont pas toutes dans le même sens mais en plus elles ne sont pas évaluées avec certitude. Ainsi les individus vont avoir des croyances variables sur les conséquences des différents choix possibles. Le modèle du choix social, dans ces conditions ne peut pas s’appliquer, la démonstration en a été faite dans la littérature économique.

Une nouvelle approche

En 2016, 4 chercheurs en économie, dont Éric Danan de notre laboratoire THEMA, ont proposé un modèle qui ouvre le champ d’application du choix social en cas d’incertitude sur les conséquences de ces choix.

Ces quatre chercheurs sont spécialistes des questions d’incertitudes. Ils ont décidé d’allier leurs compétences pour établir un modèle dont l’objectif est d’éviter des blocages de processus de décisions dans des cas de grandes incertitudes quant aux résultats de ces choix. Blocages qui peuvent entrainer des scandales sanitaires comme celui de l’amiante ou de la « vache folle ». L’incertitude qui régnait sur les résultats scientifiques dans les deux cas n’a fait que repousser les décisions, bien trop tard pour éviter les pertes humaines. Les auteurs sont en effet motivés dans leurs travaux par ces événements historiques mise en avant par Claude Henry dans son article « Decision-Making Under Scientific, Political and Economic Uncertainty » de 2006.

Ils y ont travaillé d’arrache-pied, enrichissant les discussions et méthodes pour parvenir à démontrer que le nouveau modèle qu’ils ont élaboré permet de prendre des décisions efficaces même en cas de grande incertitude.

Un nouveau modèle et une publication prestigieuse

Le grand principe est d’identifier au mieux, pour chaque choix possible, quelles sont les conséquences qui semblent plausibles à l’ensemble des individus composant un collectif. Alors, seuls les choix dont les conséquences semblent plausibles seront pris en compte pour la décision.

Ensuite, le même principe que celui du choix social sera appliqué : pour trois choix plausibles A, B, C, si le choix plausible A a le taux de préférence le plus fort parmi les trois, alors, c’est celui qu’il faut utiliser pour prendre la décision. Ainsi, la prise de décision n'est plus bloquée.

Ce nouveau modèle ouvre la théorie du choix social à l’analyse de cas plus complexes qu’auparavant grâce à la prise en compte de l’incertitude sur les probabilités de résultats. Il est sans aucun doute un outil précieux pour des prises de décisions plus rapides dans des cas qui habituellement rencontrent de forts blocages dus à l’incertitude des résultats.

Ce travail a fait l’objet d’une publication dans l'une des 5 meilleures revues mondiales des sciences économiques, l’American Economic Review en septembre 2016.

Vous pouvez trouver l'article complet sur le site de l’American Economic Review : Robust Social Decisions par Eric Danan, Thibault Gajdos, Brian Hill, et Jean-Marc Tallon

Éric Danan

Co-auteur de l'article

Portrait d'Eric Danan

Eric Danan est chargé de recherche CNRS, il travaille au sein de notre laboratoire commun d'économie, l'unité mixte de recherche Théorie économique, modélisation et applications, THEMA

Thématiques de recherche

Théorie de la Décision

Théorie du Choix Social

Économie Expérimentale.

En savoir +

Sa page personnelle

Partager :