Recherche

Un programme d’échanges renforcé entre la commission franco-américaine Fulbright et l’université Paris Seine

06.12.2017

L’université Paris-Seine et la commission franco-américaine d’échanges universitaires Fulbright s’apprêtent à signer une convention appelée « Fulbright - Université Paris Seine ». Objectif : faciliter les échanges universitaires et culturels d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs entre les deux pays.

Cet organisme international, créé en 1948 entre le gouvernement de la République française et le gouvernement des Etats-Unis, a facilité l’échange de plus de 20 000 étudiants et enseignants-chercheurs. Retour sur ce programme avec Arnaud Roujou de Boubée, directeur de la commission franco-américaine Fulbright.

La signature de ce type de convention est la seconde en France après celle avec Aix-Marseille Université. En quoi ce dispositif est-il spécifique ? 

Le dispositif prévu avec l’université Paris Seine est beaucoup plus large. Il concerne la mobilité sortante et entrante, les étudiants en masters, les doctorants, les enseignants-chercheurs. Il est ouvert à  toutes les disciplines représentées au niveau master doctorat et au-delà, dans les établissements de l’Initiative Paris-Seine.

Dans quelle stratégie de développement pour Fulbright s’inscrit-elle ? 

Nous souhaitons développer nos partenariats pour renforcer l’intensité des échanges et faire connaître aux Etats-Unis les nouvelles opportunités créées par les évolutions du paysage de l’enseignement supérieur français. Nous souhaitons encourager les initiatives innovantes en matière d’échanges franco-américains. 

Quels sont les grands axes de travail et projets à venir pour la commission Fulbright en France ? 

A court terme, c’est la célébration du 70ème anniversaire de la Commission Fulbright en France qui va nous mobiliser en 2018. Nous prévoyons plusieurs événements célébrant l’impact du programme, la diversité de ses lauréats, sa capacité d’innovation et son orientation résolue vers le futur. Notre devise : « On vous fait confiance pour changer le monde ».

A moyen long terme, nous souhaitons poursuivre notre action en faveur d’une très large représentation de la diversité de nos sociétés, renforcer notre nouveau programme en direction des leaders associatifs, contribuer au développement de coopérations scientifiques et universitaires innovantes, mobiliser plus systématiquement l’extraordinaire réseau international des Fulbrighters.

A l’échelle mondiale, ce sont 380 000 alumni qui ont bénéficié du programme Fulbright dont 59 prix Nobel. Cette année, deux alumni américains lauréats Fulbright en France ont reçu cette suprême distinction : Kip S. Thorne, prix Nobel de physique et Michael Rosbash, prix Nobel de Médecine. 

Partager :