Recherche

"Guest lectures": le nouveau rendez-vous de la MIR

16.11.2016

L’Institut d’études avancées (IEA) lançait le mardi 8 novembre une nouvelle série de conférences à la maison internationale de la recherche. Ces « guest lectures » proposés par des chercheurs du monde entier ont lieu à l’heure du déjeuner.

« C’est un horaire parfait, en plus on nous offre un sandwich et le café », sourit Gjergji Sini, maître de conférences de chimie à l’UCP. Comme lui, une trentaine d’enseignants-chercheurs sont venus à l’auditorium de la MIR assister à la conférence de Paul Van Tassel, professeur à l’université de Yale aux Etats-Unis. En ce jour d’élections présidentielles, le chimiste américain commence son intervention sur les biomatériaux par une blague : « Yale a accueilli les Clinton mari et femme et les Bush père et fils... Mais notre université ne connait pas Donald Trump ».

Invité par Emmanuel Pauthe, enseignant en biologie à l’UCP et chercheur au laboratoire ERRMECe, Paul Van Tessel est arrivé à Cergy-Pontoise en août dernier. « J’ai prévu de passer un an en France pour progresser dans mes recherches. J’ai un bureau à la MIR et j’interviens de temps en temps auprès des étudiants de Master à l’UCP ». Ce jour-là, Paul Van Tassel présente les dernières avancées de ses travaux sur les biomatériaux qui feront certainement les beaux jours de la médecine de demain. Le professeur de Yale collabore avec le chercheur de l’UCP depuis 2008, le chimiste et le biologiste tentent de trouver ensemble des solutions pour permettre une meilleure intégration des implants. Ces « Nanofilm Biomaterials » pourraient par exemple servir à l’avenir pour des regénérations osseuses. « Nous en sommes au stade de la recherche préclinique, précise Emmanuel Pauthe. Nous avons déposé des brevets et nous travaillons déjà avec des chercheurs en médecine ».

Un cycle de conférences transdisciplinaires

Après une heure d’un brillant exposé en anglais, les chercheurs de l’UCP ont pu poser quelques questions à Paul Van Tassel. Le professeur de physique, The Hung Diep, fait remarquer que ses confrères physiciens ont une approche comparable quand ils superposent des couches pour élaborer des matériaux. « Je suis ravi d’avoir découvert ce programme de recherche, confie-t-il à l’issue de la conférence. C’est une bonne idée d’ouvrir ces « lectures » aux chercheurs de différentes disciplines. Cela ouvre des perspectives, en constatant des similitudes avec les biologistes et les chimistes, je me dis que je pourrais m’associer un jour avec eux pour apporter mes compétences en physique ». On retrouve la même réjouissance du côté de Gjergji Sini, chimiste et membre du laboratoire LPPI. « Cette conférence m’a beaucoup intéressé, je perçois la possibilité de mettre en commun nos connaissances ». Pourtant on pourrait se dire qu’un chimiste, spécialiste de la photovoltaïque, n’a pas grand-chose à voir avec des recherches sur les biomatériaux médicaux. « Au contraire, nos disciplines ont beaucoup à gagner à se croiser, la recherche avance comme cela ! » 

La prochaine « guest lecture » aura lieu le mardi 6 décembre à 12h30 à la MIR, l’invité sera Diego Coletto, professeur de sociologie du travail à Milan. Ce nouveau rendez-vous devrait revenir une fois par mois.