Recherche

Ils imaginent l’école du futur

07.11.2017

A quoi va ressembler l’école de demain ? C’est la question que posent les membres et les donateurs de la chaire « Transition2 : des espaces de transition à la transition des espaces ». Les chercheurs cergypontains ont des réponses à apporter.

Comment concevoir les espaces dans les écoles pour faciliter la transition vers des pédagogies nouvelles ? Les chercheurs en sciences de l’éducation de l’université de Cergy-Pontoise planchent activement sur la question aux côtés d’architectes au sein de la chaire Transition2 (prononcer “transition au carré”). « Le principal enjeu de la chaire est de structurer le passage de l’enseignement simultané à un enseignement différencié », explique Laurent Jeannin, enseignant-chercheur rattaché au laboratoire EMA. Autrement formulé, va-t-on réussir à passer de la salle de classe rectangulaire magistrale à un espace modulable où le professeur et les enfants peuvent circuler d’une table à un poste équipé d’un ordinateur ?

Cette problématique de l’espace dans l’enceinte scolaire s’est posée à Laurent Jeannin et Alain Jaillet, qui appartient lui aussi au laboratoire EMA, quand ils ont participé au déploiement des technologies numériques dans le cadre scolaire. « Nous nous sommes rendu compte que la salle de classe n’était pas adaptée au numérique, par exemple comment utiliser un tableau numérique interactif quand la pièce est trop lumineuse. Ou comment se servir des tablettes numériques quand le Wifi installé dans le groupe scolaire n’est pas assez performant ». Pour aménager les espaces différemment, une équipe de chercheurs du laboratoire EMA est allé à la pêche aux bonnes idées en mettant en place le concours international Archiscola. Les candidats, des étudiants en architecture pour la plupart, ont imaginé l’école de demain et remis leur copie en novembre dernier. Le mois suivant, la chaire Transition2 était créée à l’université de Cergy-Pontoise.

 

« L’agencement traditionnel de la salle de classe n’est pas adapté aux nouvelles pédagogies »

Aujourd’hui, la chaire est animée par des enseignants-chercheurs, des architectes et des designers qui renforcent ponctuellement le groupe de recherche. Ils sont sur le point d’éditer des guides à l’attention des collectivités territoriales qui construisent ou rénovent les établissements scolaires. Ils montrent par exemple qu’un établissement scolaire doit évoluer dans sa forme et dans le temps. « Je préconise de livrer des bâtiments pas terminés pour permettre aux usagers de s’approprier les lieux. A la livraison d’un nouveau lieu, il y a toujours un temps de forte frustration. Nous pourrions proposer aux enseignants et aux familles de procéder aux derniers aménagements nécessaires à l’enseignement et au vivre ensemble », imagine Laurent Jeannin. Ce dernier remet en cause l’agencement de la salle de classe traditionnelle, avec un tableau noir qui fait face à des rangées de tables. « Le modèle de l’école de Jules Ferry, où les élèves ne peuvent ni partager ni être mobile, me semble dépassé ». Ce type de préconisations commence à être entendu par les collectivités qui viennent taper à la porte des chercheurs de Cergy-Pontoise avant de rénover, réhabiliter ou de construire des établissements scolaires.

 

La chaire a l’oreille des décideurs

Le mois dernier, Laurent Jeannin s’est rendu au rassemblement des présidents de Région pour présenter les recherches de la chaire et participer à l’atelier sur le lycée du futur. « Les Régions vont devoir construire près de 50 lycées dans les prochaines années (perspective pour 2021). Le marché est tout aussi colossal au niveau des collèges. Plus de 3500 établissements doivent être rénovés par les départements ». Les responsables politiques semblent sensibles au discours des chercheurs en sciences de l’éducation qui s’efforcent d’introduire une dose de pédagogie inversée et des outils numériques dans les enseignements. La chaire est également soutenue par des entreprises comme Bouygues Construction, Dassault systèmes et PSI-Informatique qui, à travers cette activité de mécénat, anticipent ce que sera l’école demain. « Nous partageons nos méthodes et nos résultats de recherche en essayant toujours d’être à l’interface des différents métiers ».

En moins d’un an d’existence, la chaire Transition2 a déjà contribué à plusieurs projets soutenus par la Caisse des dépôts et des consignations : une école maternelle à Saint-Etienne, des collèges à Breteuil, à Saint-Denis et à Avignon et un lycée à Saint-Brieuc. Actuellement, l’équipe de chercheurs et d’architectes travaille avec les services de la mairie de Boulogne-Billancourt et les usagers pour penser les agencements d’une future école innovante du numérique. De ces réunions collaboratives sortent des propositions originales comme la mise en place d’un jardin pédagogique. Laurent Jeannin et ses camarades ont d’ailleurs réalisé une maquette prototype de cet espace de verdure à l’aide des outils du FacLab de l’université sur le site de Gennevilliers.

Partager :