Recherche

L’UCP agit en passeur de la mémoire collective

Centenaire 14-18 à l'université

22.10.2018

Benjamin Gilles, membre du comité scientifique de la mission du centenaire 14-18 à l’UCP, nous parle des volets scientifique et pédagogique de la commémoration de la Grande Guerre.

Pas moins de 27 manifestations sont proposées de septembre à décembre à l’UCP pour se souvenir de la Grande Guerre. Pouvez-vous nous guider dans cette programmation?

Les services culturels de l'UCP et de l'ESPE ainsi que les équipes des dix sites de la bibliothèque universitaire ont essayé de montrer les différentes expériences de la guerre : mobilisation des enfants, utilisation des technologies modernes, implication des femmes, souffrances des combattants.

Nous avons souhaité proposer des rendez-vous qui permettent aux étudiants, aux enseignants-chercheurs, aux personnels de l'UCP et aux habitants d'enrichir leur connaissance de la Première Guerre mondiale, mais aussi d'en avoir une approche plus culturelle, par les concerts, et plus mémorielle avec trois expositions qui nous semblent particulièrement révélatrices de la manière dont le conflit est aujourd'hui perçu : celle d'un photographe, Jean Richardot, qui a arpenté les traces de la guerre, celle qui repose sur le prêt d'objets de la part des personnels des bibliothèques et qui montre la place de 14-18 dans les mémoires familiales, et celle sur la BD et la manière dont celle-ci se saisit aujourd'hui de la guerre et la représente.

Derrière cet exercice de mémoire, il y a une dimension scientifique. Sur quelles problématiques les chercheurs de l’UCP ont-ils travaillé à l’occasion de ce centenaire 14-18 ?

Les chercheurs des laboratoires ETIS et AGORA se sont engagés dès 2016 dans les projets de commémoration du centenaire. Ils ont assuré un soutien scientifique et technique important à cette initiative de transcription et d'enrichissement des textes de poilus.

Nous avons eu la chance de pouvoir travailler avec un grand spécialiste des commémorations et de la mémoire collective, Patrick Garcia, avec Jean-Claude Lescure dont une partie de ses recherches porte sur la Grande Guerre. Les enseignants-chercheurs ont un rôle naturel de "passeur" de la mémoire collective.

L’université agit en passeur auprès des étudiants, des personnels et des habitants de Cergy-Pontoise, pouvez-vous préciser le volet pédagogique de la mission centenaire 14-18?

A l'origine de notre démarche, il y a la volonté de mesurer l'impact de la commémoration. Les événements culturels et pédagogiques organisés depuis quelques mois ont-ils une influence sur la compréhension de la Grande Guerre ? Nous avons travaillé sur cette question avec la plupart des UFR et composantes de l'UCP : sciences et techniques (bibliographies scientifiques sur des sujets liés à la Grande Guerre), droit (conférence de culture générale autour de la mémoire de la Grande Guerre pour les étudiants de L2 et L3), LEI (dossiers de presse), IUT (projets tuteurés), centre de langue française (sujets sur la Grande Guerre et sa mémoire). Ces actions vont se dérouler sur toute l'année.

 

Benjamin Gilles est directeur adjoint des bibliothèques universitaires de Cergy-Pontoise

En savoir plus

100 ans de commémoration de la première guerre mondiale à l'université de Cergy-Pontoise

Pour connaitre l'ensemble des événements programmés jusqu'au 31 décembre 2018.

Télécharger la brochure (2.1 MB)

 

Consultez le site web 

14-18 à l'université

Partager :