Recherche

La Maison internationale de la recherche, catalyseur et lieu d’échanges

06.10.2016

Trois questions à Arnaud Lefranc, directeur de l'institut d'études avancées (IEA).

L’université de Cergy-Pontoise vient de se doter d’une Maison internationale de la recherche (MIR). Quels sont ses objectifs ?

L’université a pour ambition de renforcer son positionnement international. La MIR, sur le site de Neuville-sur-Oise, y répond en accueillant en résidence des chercheurs étrangers de haut niveau. L’idée est donc de favoriser des échanges avec les chercheurs de l’université, voire de vraies collaborations scientifiques. Cette infrastructure, dédiée aux sciences expérimentales, sera bientôt complétée par une autre MIR sur un second site, cette fois centrée sur les interfaces entre mathématiques, sciences de la modélisation et sciences sociales.

Concrètement, que trouve-t-on dans la MIR ?

L’institut d’études avancées, la structure qui reçoit les chercheurs étrangers, est sa principale spécificité. Une quinzaine de logements leur seront réservés dans un bâtiment dédié. Le premier scientifique invité dans ces nouveaux locaux est Paul Van Tassel, de l’école d’ingénieurs et de sciences appliquées de la prestigieuse université Yale. Deux laboratoires de l’UCP sont également intégrés à la MIR : GEC (laboratoire de géosciences et environnement de Cergy) et ERRMECe (équipe de recherche sur les relations matrice extracellulaire-cellule). Des espaces communs faciliteront des échanges nourris entre les scientifiques. Enfin, un auditorium de 150 places sera le lieu privilégié des colloques et séminaires organisés par l’université.

Quels sont les projets de développement ?

La Fondation des sciences du patrimoine va prochainement s’installer dans la MIR. Cette institution, qui pilote le LabEx (laboratoire d’excellence) Patrima et l’EquipEx (équipement d’excellence) Patrimex, développe des programmes de recherche et de formation dans le domaine du patrimoine matériel. La proximité avec la plate-forme laser de Patrimex, implantée sur le campus de Neuville, permettra de renforcer la visibilité des activités « patrimoine » au sein de l’UCP. Plus généralement, la Fondation des sciences du patrimoine contribuera au positionnement de la MIR : impulser une dynamique positive en faveur d’une recherche collaborative et transversale.

Partager :