Recherche

MT180 : nos candidats en route vers le concours 2019

06.12.2018 - 31.01.2019

Plusieurs étapes conduisent au concours national où un candidat représentera notre établissement. La première est la sélection au niveau local prévue à l’Université Paris Seine le 13 mars 2019. Les doctorants de "ma thèse en 180 secondes" (MT180) ont donc 4 mois pour travailler leur présentation de 3 minutes. Les 2 étudiants retenus par le jury participeront ensuite à la demi-finale nationale en avril puis - nous le leur souhaitons vivement - à la finale nationale en juin 2019.

MT180 : nos candidats en route vers le concours 2019

L’art d’écrire et de conquérir son auditoire

Rédiger son texte et le mettre en scène sont des exercices particulièrement exigeants qui appellent la maîtrise de quelques ressorts. Pour leur donner les "trucs et astuces" et encadrer leur maîtrise de l’art oratoire, les 10 candidats bénéficient de six séances de coaching orchestrées par Frédéric Guignot, comédien et professeur de lettres à l’UCP.

« Dans un premier temps, je les aide à rédiger leur exposé, le texte doit être bien charpenté, pour pouvoir dire avec peu de mots car la contrainte du temps est forte. Aussi, un doctorant a généralement le nez dans le guidon. Je l’aide à prendre de la hauteur sur son sujet en resituant le contexte et les enjeux », explique Frédéric Guignot.

Les candidats se réunissent en atelier de février à mars. Une fois leur texte bien construit pour raconter et rendre intelligible le propos de leur thèse, les étudiants vont apprendre au fil des séances à interpréter leur propre exposé. Frédéric Guignot travaille avec eux, collectivement et individuellement, leur communication scénique et l’art de s’adresser à un auditoire qui mêle non initiés et scientifiques.

Les succès des candidats de notre ComUe Université Paris Seine

Frédéric Guignot coach les candidats depuis 2014, l'année du lancement du concours MT180 en France. Aujourd’hui, 28 ComUE présentent des concurrents de toute la France. Très vite, l’Université Paris Seine a eu la chance de se distinguer grâce à ses doctorants. Leur maîtrise et leur naturel leur ont permis d’être très bien classés au niveau national. Se préparer au concours leur a beaucoup appris et à travers eux ce sont leurs travaux comme l’université qui rayonnent :

En 2016, Thibault Harlé (thèse sur l’énergie, laboratoire du GEC) était en finale nationale, l’année suivante Davina Desplan (thèse de chimie, laboratoire SATIE) a terminé 2ème de la finale 2017 et en 2018, Maxime Lopez (thèse de physique, laboratoire SATIE), était finaliste.  

Encore toutes nos félicitations aux candidats pour leur engagement et à Frédéric Guignot qui offre à chacun l’opportunité de nouvelles compétences et à tous, l’expérience d’une belle aventure collective.

FOCUS: Davina Desplan, finaliste du concours en 2017


Davina Desplan, finaliste du concours en 2017

Que vous a apporté le concours MT 180 ?

L'expérience du MT180 m'a tout d'abord permis de m'approprier mon sujet de thèse qui jusque-là était encore flou. D'un point de vue personnel, j'ai pris confiance en moi et en mes capacités en communication orale. Professionnellement, je n'ai pas eu d'opportunités particulières mais j'espère pouvoir mettre cette expérience à profit pour ma recherche de travail.

Quel souvenir ou quelle anecdote avez-vous envie de partager avec nous ?

Je pense que le moment qui m'a le plus marqué est mon passage à la Maison de la Radio. Grâce aux spectacles de danse que j'ai déjà eu l'occasion de faire, j'ai l'habitude de la scène aux cotés d'autres danseurs. Mais pour la première fois, tout l'auditoire était focalisé uniquement sur ma voix. Je ne sais pas si c'est la salle, le son exceptionnel du lieu, ou le public présent ce jour là, mais je me suis sentie portée par le public et très à l'aise. J'ai aimé ce moment et il fait désormais partie de mes plus belles expériences.

Quels conseils pouvez-vous donner aux candidats qui présentent cette année le concours MT 180 ? 

Rester soi-même et authentique mais en prenant en considération tous les conseils du coach. J'ai été extrêmement à l'écoute de Frédérique Guignot pendant la préparation tout en essayant de lui expliquer ce qui me ressemblait ou pas. 

Les candidats 2019 de l’Université Paris Seine :

- Arthur Angermuller, thèse de génie électrique et électronique (laboratoire SATIE)

- Catherine Aubouin, thèse de science de l’éducation (laboratoire EMA)

- Katia Thuilot Barrial, thèse de science de l’éducation (laboratoire EMA)

- Cyrille Bock, thèse de science de l’éducation (laboratoire EMA)

- Najat Boumehraz, thèse de science de l’éducation (laboratoire BONHEURS)

- Lucile Brunel-Duverger, thèse de chimie (laboratoire LCB)

- Marie-Morgane Paumard, thèse sur le traitement de l’image (laboratoire ETIS)

- Anne-Charlotte Vaillard, thèse de chimie (laboratoire LPPI)

- Dimitry Mba-Ekomy, thèse en histoire (laboratoire AGORA)

- Feriel Mustapha, thèse en Génie civil (laboratoire L2MGC)

Partager :