Recherche

Les sciences au féminin

13.03.2019

L’Université Paris Seine a remis le Prix « Des Femmes et des Sciences » le 13 mars dernier, à la doctorante Giulia Cervia (ETIS) et à l’enseignante-chercheuse Iryna Andriyanova (ETIS). Afin de valoriser les femmes en sciences, depuis 2016 ce prix met à l’honneur de jeunes femmes scientifiques de la ComUE dont les travaux de qualité distinguent leurs parcours.

Les sciences au féminin

« Il est essentiel de mettre en valeur les femmes qui font avancer la recherche pour lutter contre l’autocensure de certaines jeunes filles qui n’osent pas devenir chercheuse », a déclaré François Germinet, le jour de la remise du prix « Des Femmes et des Sciences. Pour la troisième année consécutive, après l’annonce des lauréates le 8 mars lors de la journée internationale des droits des femmes, l’Université Paris Seine a récompensé deux jeunes scientifiques, une doctorante et une enseignante-chercheuse âgée de moins de 40 ans, pour rappeler que les sciences ne sont pas seulement l’affaire des hommes. Un chèque de 1 000€ leur a été remis lors de cette cérémonie qui s’est déroulée le mercredi 13 mars à la MIR (Maison internationale de la recherche) dans l’élan de la finale « locale » 2019 de MT180, lors d’un après-midi dédié aux talents de la recherche de l’Université Paris Seine.

« J’appelle les jeunes filles à devenir chercheuses »

L’une des deux lauréates, Iryna Andriyanova, a remercié le jury à la tribune de l’auditorium et a profité de la présence d’une soixantaine de lycéens présents dans la salle, venus assister à la finale MT180, pour appeler les jeunes filles à devenir chercheuses. « Il y a malheureusement peu de femmes dans nos laboratoires. Je vous invite à découvrir ce métier passionnant. Etre scientifique ne se limite pas aux carrières universitaires, certaines mènent des parcours brillants dans l’industrie ».

L’autre gagnante du jour, Giulia Cervia, retenue à Stockholm dans le cadre de son post doc, était présente en ligne et via grand écran pour assister en direct à la cérémonie. La doctorante s’est dite très heureuse de recevoir ce prix, qui souligne la question de la place des femmes en sciences, avant d’ajouter que si ’-elle-même n’a jamais souffert de discriminations liées à son genre au cours de son parcours scientifique, trop peu de femmes sont cependant présentes dans les laboratoires.

Giulia Cervia

Giulia Cervia

Giulia Cervia est mathématicienne, elle a rejoint le laboratoire ETIS après des études à l’université de Pise en Italie. Elle prépare une thèse consacrée à l’étude des codes polaires pour la coordination des réseaux 5G qui l’a conduit à échanger et travailler avec des chercheurs à travers le monde.

Iryna Andriyanova

Iryna Andriyanova appartient également au laboratoire ETIS, dans l’équipe Information, Communications, Imagerie (ICI).  Après des études en Ukraine, la chercheuse se spécialise dans les systèmes de télécommunication. Iryna travaille sur la construction des codes utilisés dans les systèmes de communication sans fil (3G, 4G et même 5G). Depuis qu’elle est arrivée à Cergy-Pontoise en 2009, elle s’intéresse aussi à la sauvegarde distribuée des données.

Partager :