Recherche

Projet Bulles de chercheur.e.s

2020, année de la BD

16.07.2020

Bulles de chercheur.e.s a pour objectif de rendre les sujets de thèse des doctorants, accessibles et compréhensibles par le grand public à travers la Bande Dessinée (BD).

Bulles de chercheur.e.s, année 2020 de la BD, CY Cergy Paris Université

La Bande Dessinée (BD) permet de simplifier et de faciliter la compréhension du message scientifique, le support imagé étant plus impactant et plus clair. Cependant, la BD comporte aussi ses propres contraintes sémiotiques et oblige parfois l’illustrateur à réduire ou ne représenter qu’une partie de l’énoncé scientifique. Certains sujets très complexes et spécifiques font que l’absence de contexte précis ou une trop grande simplification peut conduire à de mauvaises interprétations ou à des ambiguïtés et donc des erreurs.

Associer Sciences et BD

La collaboration entre scientifiques et illustrateurs est fondamentale dans la réussite de ce projet. Bulles de chercheur.e.s répond à cette problématique en proposant justement une formation aux doctorants en amont du projet et en juxtaposant la résidence d’illustrateur.

Selon Laurence Bordenave, présidente et fondatrice de l’association Stimuli (association Sciences, BD, Education), formatrice sciences & BD, l’analyse du programme en lui-même permet une amélioration constante : "Enfin, avec l’aide de Cécile de Hosson, enseignante-chercheure au Laboratoire Didactique André Revuz (LDAR), et de Evi Ketsea, étudiante en recherche en didactique, le suivi et l’analyse de la formation doctorale de Bulles de chercheur.e.s constituent une prolongation du projet par la recherche elle-même, mise en abîme qui sera précieuse pour l’étude des atouts et des limites de la bande dessinée dans la diffusion de la recherche au plus grand nombre".

Une expérience inédite pour les doctorants

Amel Souifi, doctorante au laboratoire Quartz avec pour sujet de thèse, Exploitation des données massives pour le pilotage multi-objectif par performance de l’industrie 4.0
Amel Souifi, doctorante au laboratoire Quartz, sujet de thèse : Exploitation des données massives pour le pilotage multi-objectif par performance de l’industrie 4.0
Cette collaboration entre scientifiques et dessinateurs
, et la mise en image de leurs thèses, a permis aux doctorants de développer des compétences en communication, créativité et travail d’équipe. Comme en témoigne Amel Souifi, doctorante au laboratoire Quartz avec pour sujet de thèse, Exploitation des données massives pour le pilotage multi-objectif par performance de l’industrie 4.0 : "Parler de mes recherches en utilisant les BD était une réelle occasion pour apprendre à présenter un contenu scientifique non initié de façon simple et amusante. Pour le moment je n’ai pas encore utilisé la BD dans un milieu professionnel ni personnel mais je pense que je le ferai dans des présentations de mes travaux dans des journées ou dans des ateliers et pour expliquer certaines notions notamment dans l’enseignement".

Les doctorants ont également pu découvrir la rigueur et le travail qui se cachent derrière ce média réputé léger et amusant : "C'était une nouvelle expérience, mais elle m'a aussi permis de voir mes limites. La construction d'un récit et la mise en images a besoin aussi de réflexion. Rien n'est au hasard dans la BD, tout est bien réfléchi..." déclare Maria Hernandez, doctorante au laboratoire Agora avec pour sujet de thèse, De l'utopie à la perte de Démocratie selon l'oeuvre de Ana Teresa Torres et Gioconda Belli. Tous ces travaux devraient être accessibles en ligne à l'automne 2020.

En savoir plus 

La BD scientifique ailleurs dans les universités

  • Projet A travers le miroir de l’université du Luxembourg
  • Revue Soif de l’université de Rouen
  • Recueils Ma thèse en BD de l’université de Lorraine, jusqu’à l’ouvrage qui en est inspiré, distribué par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation lors de la Fête de la Science en 2019, intitulé Sciences en bulles

Ateliers spéciaux Cap Fac

Afin de présenter Bulles de chercheur.e.s et d’initier des lycéens à la BD et aux sciences, des ateliers dédiés étaient prévus lors des journées Cap Fac, annulées en raison de la situation sanitaire au printemps 2020.  

Au programme, intervention d'un dessinateur et d'un doctorant auprès d’un groupe de lycéens pour réaliser avec eux, une planche de BD sur les travaux de recherche du doctorant et sa méthodologie.

L'objectif est de permettre l’appropriation et la transposition en bulles d’un public novice sur ces sujets. 

LDAR, Stimuli, ADUM

Le Laboratoire Didactique André Revuz (LDAR) étudie les processus d’apprentissage dans les domaines des sciences et collabore avec l’association Stimuli, fondée et présidée par Laurence Bordenave, depuis 2014, afin de mesurer l’impact de la BD sur l’enseignement.

L’association Stimuli, forte de ses 10 années d’expériences dans la production de dispositifs de médiation scientifique qui situe la BD au cœur de l’apprentissage, forme et accompagne les doctorants dans la transformation de leurs recherches en BD, à travers des ateliers BD-sciences. 

Bulles de chercheur.e.s a été proposé sur le site adum.fr, une plateforme d’informations, d’inscriptions et de partage pour doctorants afin de recruter les personnes intéressées par le projet.

Partager :