Recherche

Le château de Versailles bientôt en 3D

27.02.2017

Une équipe du laboratoire ETIS est sur le point de réaliser un modèle 3D du château de Versailles à partir des plans anciens qui racontent la construction et les agrandissements du palais.

Leur impatience est palpable. Michel Jordan, ingénieur de recherche à ETIS et Hedi Tabia, enseignant-chercheur à l’ENSEA, vont recevoir dans quelques jours près de 10 000 images numériques qui correspondent aux plans d’Ancien Régime du château de Versailles. Ces documents précieusement conservés aux Archives nationales témoignent des évolutions au cours des siècles de ce palais royal et rappellent que les visiteurs d’aujourd’hui ne découvrent qu’un petit tiers de l’immense château. 

Depuis 2012, les plans des XVIIe et XVIIIe siècles ont été patiemment restaurés et numérisés dans le but d’être conservé et mis à disposition des chercheurs et du public. C’est un corpus de plus de 6800 notices qui a été ainsi constitué. L’équipe du laboratoire ETIS, associée au projet nommé Verspera financé par la Fondation des sciences du patrimoine, a désormais la lourde tâche d’effectuer la modélisation 3D du château de Versailles tel qu’il se présentait à l’époque des rois de France.

« Nous y travaillons depuis trois ans, rapporte Michel Jordan. Un ingénieur de recherche, Christophe Riedinger, a développé un logiciel original pour s’adapter aux particularités des plans anciens ».

Michel Jordan et Hedi Tabia, habitués à la modélisation 3D à partir de documents ou d’images d’aujourd’hui, se sont familiarisés avec ces documents faits à la main avec des traits imprécis, parfois couverts de « retombes », ces bouts de papiers ajoutés et repliés indiquant les modifications de l’architecte.

« C’est un challenge mais je me sens privilégié, ce travail est très enrichissant, confie l’informaticien Michel Jordan. Il me donne l’opportunité de travailler avec des historiens qui cherchent à mieux comprendre les usages et les circulations dans le château. La modélisation 3D rend intelligible les évolutions architecturales ».

Les étudiants associés à ce challenge

Les chercheurs collaborent également avec les étudiants de la Licence professionnelle Infographie : patrimoine, visualisation et modélisation 3D qui ont pour objectif d’améliorer le réalisme de la perspective 3D.

« Ils ont eu accès à une visite privée du château de Versailles, durant laquelle les étudiants ont pris en photo les colonnes, les tableaux, les miroirs, les sols. Ces détails vont enrichir le modèle 3D des appartements du roi et des galeries ».

La précédente promotion de la licence s’était déjà collé à cet exercice en réalisant un modèle 3D de l’abbaye de Maubuisson.

L’équipe, rassemblée dans les locaux de l’ENSEA, va mettre les bouchées double pour arriver à respecter le délai fixé par les partenaires (Archives nationales, centre de recherche du château de Versailles et Bibliothèque nationale de France).
Les images devraient être présentées lors d’une exposition qui démarre en novembre 2017 aux Archives nationales.
Le modèle 3D permettra de « tourner autour » ou « d’entrer » à l’intérieur du château. Le public aura l’impression de se déplacer à la manière d’un drone dans des résidences de plaisance ou des galeries historiques qui n’existent plus. 

Partager :