Recherche

Feuille : "Ce mot se dit du papier et veut dire quatre pages de papier blanc, ou écrit."

Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, Pierre Richelet (1680).

Une feuille de quatre pages, voilà qui est a priori troublant,mais qui s’éclaire en se reportant à l’article suivant consacré au "feuillet" dûment réduit à "deux pages de livre". Dans son Dictionnaire universel (1690), Furetière se révèle plus précis, le "feuillet" y désigne "une feuille pliée en deux, quatre, six ou huit parties". En vérité, la "feuille" est d’abord une unité de mesure de l’imprimerie, et le positiviste Littré (1876) nous la présente sous sa forme encore plus arithmétique : "Feuille inquarto, celle qui a huit pages ; feuille in-octavo, celle qui en a seize ; feuille in-douze, celle qui en a vingt-quatre", etc. Pliez une feuille en quatre et, en la découpant aux pliures, vous obtiendrez bien en effet quatre feuilles et donc huit pages. Il faudrait y ajouter l’in-folio, la feuille d’impression en deux feuillets, quatre pages... D’où nos vieux dictionnaires de format in-folio (environ 40 cm x 27 cm), issus de feuilles d’imprimerie de 80 cm de hauteur... Le rêve du professeur, le cauchemar de l’étudiant, pour une feuille de polycopie. À ce propos, dans la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie (1762), à défaut de "polycop.", les académiciens rappellent que "feuille", "au Collège" s’assimile aux "feuilles imprimées d’un Auteur qu’on explique aux écoliers, et sur lesquelles ils peuvent écrire, ou entre les lignes, ou à la marge."

Grande feuille, petite feuille, feuillet, qu’importe en fait le flacon..., pourvu que le contenu nous évite de devenir un "docteur en soupe salée", ou "en toute lourdise", c’est-à-dire "ignorant" dixit Furetière. Que nous soit épargné le "cerveau à bourrelet" propre à l’étourdi, rajoute Oudin dans les Curiositez françoises (1640). Mais si j’en juge aux feuilles lues en cette période faste en "contrôles", usons encore de la langue du XVIIe siècle pour affirmer que bon nombre "entendent le grimoire", c’est-à-dire sont déjà savants, et ce, "sans chaussepied", avec aisance.