Recherche

Ecole et mutation : reconfigurations, résistances, émergences

10.06.2014

Au travers du prisme de la mutation, l'ouvrage propose une vision renouvelée et intégrée des bouleversements actuels de l’École, qu’ils soient à hauteur d’acteur ou de système.

En vue de décrire et penser les évolutions actuelles de l’École, cet ouvrage propose de construire, mais aussi de discuter, un usage spécifique de la notion de « mutation » qui n’en fasse ni un simple équivalent du « changement » ou de la « transformation », ni une figure rhétorique aux effets d’hyperbolisation et de dramatisation, mais un schème heuristique original. Ce schème, dont il s’agit de mettre à l’épreuve la pertinence et la fécondité, invite à faire l’hypothèse de corrélations d’ensemble entre les différents champs d’objets et dimensions d’analyse et à les articuler selon des approches globales, de type holistique ou systémique.
Multipliant et croisant les angles, les domaines et les échelles d’analyse, du plus large (reconfigurations sociétales) au plus fin (expériences et pratiques des acteurs de terrain) en passant par les niveaux du social, du politique, de l’institutionnel, du pédagogique, du didactique, du disciplinaire et du symbolique, les diverses contributions de ce recueil entreprennent, au moyen de ce « prisme » de la mutation, de produire une vision renouvelée et intégrée des bouleversements actuels de l’École, reconfigurations, résistances, émergences… se produisant à hauteur d’acteur ou de « système ».
Ce faisant, cet ouvrage constitue aussi un espace de travail original, ouvert et résolument interdisciplinaire, déployant un spectre large qui mobilise et met en interaction des spécialistes de sociologie, d’histoire, de science politique, de sciences du langage, de psychologie, de pédagogie, de didactique aussi bien que de philosophie et de sciences de l’information et de la communication.

Editions De Boeck, collection Perspectives en éducation et formation, 38€. En savoir plus...

LES AUTEURS 
Martine Meskel-Cresta
Agrégée de philosophie et formatrice à l'Institut d'éducation de l'université de Cergy Pontoise.
Jean-François Nordmann
Maître de conférences en philosophie à l'université de Cergy-Ponstoise
Philippe Bongrand
Maître de conférences en sciences de l'éducation à l'université de Cergy-Pontoise.
Catherine Boré
Agrégée de lettres modernes, professeur en sciences du langage à l'université de Cergy-Pontoise. Elle consacre son travail à la formation des enseignants et la didactique de l'écriture.
Séverine Colinet
Maître de conférences en sciences de l'éducation à l'Université de Cergy-Pontoise.
Marie-Laure Elalouf
Professeur des universités à l’Institut d'éducation de l'université de Cergy-Pontoise, elle s’intéresse au rôle de la réflexion sur la langue dans les apprentissages de l’écrit, au sein de l’équipe EMA (École, Mutations, Apprentissages). A l’initiative d’un diplôme de formateurs d’enseignants en didactique du français, elle a contribué à le transformer en une spécialité de master au sein d’un parcours formation de formateurs.