Recherche

Le Boson de Higgs expliqué par Trong Tuong Truong

La découverte du Boson de Higgs a fait la Une de nombreux médias la semaine dernière. T T Truong, professeur de physique, nous explique l'essentiel de cette découverte.

T T Truong est le directeur du LPTM, le Laboratoire de Physique Théorique et Modélisation, une unité mixte de recherche de l'Université de Cergy-Pontoise et du CNRS. A travers les activités de ce laboratoire, il est un observateur attentif d’un domaine de la recherche qui vient de connaitre une actualité majeur : la découverte par les chercheurs du CERN du Boson de Higgs.

- Le Boson de Higgs, qu’est-ce que c’est ?

A l'heure actuelle, l'ensemble des particules élémentaires connues est bien expliqué par une théorie appelée le Modèle Standard dans lequel un mécanisme dit "de Higgs" est inclus pour rendre compte des masses observées de ces particules.
Ce mécanisme fait intervenir une nouvelle particule théorique appelée boson de Higgs (dont la masse est inconnue) pour que le Modèle Standard soit viable.
Ces résultats, qui datent des années 60, sont l'oeuvre Peter Higgs ainsi que cinq autres chercheurs (américains et belges), qui lui sont contemporains.

- En quoi cette découverte est-elle importante ?

La découverte expérimentale du boson de Higgs est de la plus haute importance puisqu'elle validerait le Modèle Standard à l'échelle d'énergies actuelles.
Sinon on devrait rechercher ou construire un autre modèle sans boson de Higgs. Comme la masse de cette particule devrait être plus importante que celles des particules connues, il a fallu attendre la construction du Grand Collisionneur du CERN près de Genève pour tenter de l'observer.  La découverte récente au CERN  semble confirmer que la particule observée est bien la particule prédite par Peter Higgs et ses collègues.

- Maintenant qu’on a découvert cette particule, qu’est-ce qui va changer ?

Si les vérifications à venir vont dans le bon sens, des progrès très appréciables vont être possibles pour comprendre la nature et la constitution de la matière à une échelle extrêmement petite jamais encore atteinte.
On peut s'attendre également à des conséquences intéressantes dans le domaine de l'astrophysique et de la cosmologie où le problème de la masse "invisible" ou "sombre", qui représente près de 96% de notre univers, reste à résoudre.
Bien évidemment le Grand Collisionneur du CERN nous réservera sans doute d'autres grandes surprises.