Recherche

3 questions à Olivier Bertrand

Olivier Bertrand est professeur en linguistique historique et lexicographie médiévale à l'UCP, membre du laboratoire LDI et directeur du département Lettres modernes. Ses travaux, reconnus comme fondamentaux pour l'étude et la connaissance de la langue française, lui ont permis d'obtenir en 2011 la médaille de bronze du CNRS.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Olivier Bertrand : Je me suis très tôt intéressé à l'histoire de la langue française. Les manuscrits du moyen âge m'ont toujours fasciné. J'ai donc effectué un parcours universitaire de Lettres modernes, soutenu une thèse de doctorat en linguistique diachronique à l'université de la Sorbonne nouvelle puis une habilitation à diriger des recherches à l'université de Lorraine sur l'origine des lexiques scientifiques et techniques en français à la fin du moyen âge. En poste à l'université de Carthage (USA), puis à la Sorbonne nouvelle, dans les universités d'Orléans, Chambéry et au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), j'ai toujours enseigné la linguistique historique et partage depuis 2012 cette passion avec mes étudiants de Lettres modernes de l'université de Cergy-Pontoise et au sein du laboratoire Lexiques, dictionnaires, informatique (LDI).

 

En quoi l’histoire des mots est-elle indispensable pour comprendre les discours d’aujourd’hui ?

O.B. : L'histoire des mots nous permet de mieux comprendre leur sens aujourd'hui. Chaque mot a son propre héritage, sa propre histoire. Certains mots disparaissent, d'autres entrent dans la langue à la faveur des rencontres entre les peuples. Une langue vit et le français contemporain est l'héritier d'un millénaire de contacts entre les langues. Il a beaucoup emprunté mais aussi beaucoup donné !
 

Vous avez reçu la médaille de bronze du CNRS en 2012, que représente une telle distinction pour un chercheur ?

O.B. : Cette distinction est une reconnaissance de la communauté scientifique pour des travaux en linguistique historique sur l'émergence des vocabulaires spécialisés. Elle représente un encouragement à poursuivre des recherches en sciences du langage sur l'origine du français, précisément afin de mieux comprendre le fonctionnement d'une langue que nous pratiquons quotidiennement ! L'histoire d'une langue, c'est un peu son identité. Ce fut aussi le sens du programme européen ERC (European Research Council) que j'ai dirigé entre 2009 et 2013 intitulé "Histoire du lexique politique français".