Recherche

Pierre-Louis Fort, littéraire et (donc) sensible

Pierre-Louis Fort est maître de conférences en langue et littérature françaises et membre du centre de recherches textes et francophonie à l'UCP.

À quoi s’intéresse un chercheur en littérature ?

« Je regarde comment s’écrit la vie », répond simplement et joliment Pierre-Louis Fort, maître de conférences et chercheur au laboratoire CRTF. C’est son professeur de français, en 1re, qui lui donne le goût de la lecture, avec l’étude d’œuvres classiques mais aussi contemporaines, comme La Place d’Annie Ernaux. Depuis, Pierre-Louis Fort n’a jamais cessé d’interroger les textes, plus particulièrement la littérature française des XXe et XXIe siècles. « J’aime découvrir, analyser et transmettre » déclare-t-il.

Du collège à l’université

Pierre-Louis Fort a commencé sa carrière d’enseignant dans des collèges et des lycées de Seine-Saint-Denis. « C’est un métier difficile mais formateur ». Parallèlement, le jeune professeur passe un DEA (Diplôme d'Études Approfondies – Bac +5) puis obtient une bourse pour réaliser une thèse. « J’ai étudié l’écriture du deuil chez Annie Ernaux, Marguerite Yourcenar et Simone de Beauvoir ». En 2010, il décroche son premier poste à l’UCP et se retrouve devant des étudiants qui préparent le CAPES, le concours de professeur des écoles ou une licence de lettres. « J’ai été agréablement surpris de voir que l’UCP laisse la place à l’innovation ». Il en veut pour preuve son cours sur la littérature jeunesse ou l’atelier d’écriture proposé en licence 1. « J’ai également découvert les étudiants de cette université de grande banlieue. Il est toujours délicat de généraliser, mais je les trouve volontaires et intéressés par la littérature ».

Côté recherche, Pierre-Louis Fort répond toujours présent quant il s’agit de commenter ses auteurs favoris. « Je viens de recevoir une sollicitation pour un livre sur Simone de Beauvoir et je publie actuellement des articles au sujet de Marguerite Yourcenar qui est étudiée par les candidats à l’agrégation cette année ». Quant à Annie Ernaux, Pierre-Louis Fort, avec Violaine Houdart-Merot et Jean-Claude Lescure, a organisé un très beau colloque en novembre dernier, réunissant des chercheurs des États-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne, de France et de Suisse. « J’ai été très ému quand nous lui avons remis un doctorat d’honneur ».

Propos recueillis par Guillaume Gesret.

Retrouvez ce portrait dans le numéro 64 d'Allez Savoir !, le magazine institutionnel de l'UCP.

 

Partager :