Recherche

3 questions à Stéphane Serfaty

Vice-président en charge des projets et partenariats stratégiques de l’université de Cergy-Pontoise. 

20.09.2016

Cap sur l’innovation ! Grâce à son réseau de chercheurs, la plateforme Cosmétomique met à disposition des entreprises ses savoir-faire pour élaborer les produits les plus performants.

Comment est née l'idée de Cosmétomique ?

Dans les cosmétiques, la réglementation européenne se durcit depuis quelques années, avec notamment l'interdiction des tests sur les animaux. Il est donc essentiel de développer de nouveaux outils permettant de vérifier la qualité, l'innocuité et l'efficacité d'un produit, à l'échelle moléculaire comme à l'échelle sensorielle. Cette démarche implique la collaboration de chimistes, biologistes, cliniciens, physiciens… Nous avons donc pris l'initiative avec le pôle de compétitivité de la Cosmetic Valley, le Synchrotron Soleil et l'entreprise BIO-EC, de lancer une dynamique de mutualisation en faveur de la filière. Un réseau de chercheurs mène des projets thématiques transversaux. L'objectif est d'accroître l'innovation, mais aussi de mettre à disposition des entreprises, en particulier des petites, un ensemble d'outils et de savoir-faire. 

Concrètement, comment fonctionne Cosmétomique ?

L'idée est de s'appuyer sur plusieurs plateformes dans toute la France, adossées à des laboratoires. Dénommée Cosmetomics@ucp, la première a été lancée en Île-de-France, avec en tête l'université de Cergy-Pontoise et des grands instruments comme le Synchrotron Soleil, accélérateur de particules élémentaires et fleuron de la recherche française. Cosmetomics est dédiée à l'efficacité des produits en lien avec la peau et les cheveux. Deux autres plateformes vont voir le jour. D'ici mars prochain, l'une ouvrira à Évreux et sera axée sur l'innocuité des produits. Suivra ensuite une autre,  en région Centre-Val de Loire, consacrée à l'imagerie clinique (tests sur l'humain).

Quelles sont les perspectives à plus long terme ?

L'objectif est de structurer la recherche de la filière, pour former un « cluster » suffisamment fort, avec très vite une dimension internationale. Nous souhaitons que n'importe quelle entreprise dans le monde puisse s'adresser à nous et s'imprégner de nos savoir-faire. Pour garder son leadership, la cosmétique française doit conserver son avance en s'appuyant sur sa capacité à prouver la qualité, l'efficacité et l'innocuité de ses produits. Notre volonté est de promouvoir la qualité Française à l’étranger.