Rezo UCP

Loïc Monin et Brathish Thevarasan

Rencontre avec Loic, Brathish et Mami ! Tout trois ont en commun à la fois la France et le Japon et ont crée Nikka-Zubon pour commercialiser des pantalons traditionnels japonais.

Quel a été votre parcours à l’UCP et quels souvenirs en gardez-vous ?

 Brathish et moi avons tous les deux étudié en Langues étrangères appliquées (LEA) anglais-japonais mais à 3 ans d’intervalle. Lorsque j’ai commencé mon cursus, Brathish m’a donné des conseils sur la filière et m’a aussi aidé en japonais. Je l’ai retrouvé plus tard en 2015 lors de mon semestre à l’université préfectorale d’Osaka au Japon, où il vivait depuis un an. Brathish avait déjà en tête de créer son entreprise et de vendre en Europe des pantalons japonais. C’est un projet qui m’a tout de suite intéressé et nous nous sommes rapidement mis au travail. Nous sommes partis à la rencontre des artisans qui fabriquent ces pantalons, nous nous sommes documentés sur leur histoire. Il a aussi fallu se renseigner sur la législation et enfin identifier la cible potentielle ainsi que des manifestations en France pour présenter notre activité.

 Nous gardons tous les deux de très bons souvenirs de notre parcours à l’UCP. Nous étions tous les deux passionnés de japonais et c’est à l’UCP que nous avons pu apprendre cette langue, sur les bancs de l’université bien sur mais aussi via des programmes d’échange qui nous ont permis de bien nous perfectionner.

Les cours y étaient très intéressants. Ils nous ont permis d’en apprendre davantage sur la culture japonaise mais aussi anglo-saxonne. Il y a aussi la vie étudiante sur le campus et les activités hors-cours qui étaient très stimulantes et grâce auxquelles nous avons réalisé de nombreuses rencontres.

 Qu’est ce qui a motivé le choix de la création d’entreprise ?

 Brathish a rencontré de nombreux étudiants japonais qui étaient en échange à l’UCP. Leur mode de vie et leurs habitudes de consommation étaient très différents des nôtres et ils étaient très curieux de découvrir notre culture. Il a également décroché un travail d’interprète lors d’un événement qui réunissait à Paris des artisans japonais. L’engouement autour des différents produits présentés, les méthodes de fabrication et l’histoire l’ont vite poussé à faire découvrir d’autres produits japonais aux français. C’est lors d’un stage en 2010 qu’il a découvert les pantalons de style Nikka-Pokka et Tobi et c’est en 2015, après plusieurs années de travail qu’un premier site a vu le jour sur la plateforme Wordpress.

 Il a ensuite retrouvé Mami Kajiwara, ancienne étudiante japonaise en échange à l’UCP pour créer l'entreprise Nikka-Zubon, non pas en France mais au Japon afin de pouvoir être au plus près des artisans japonais.

Aujourd'hui 7 mois après le lancement du site les projets abondent et aucun jour ne se ressemble. Nous avons de bons retours de la part de nos clients et cela nous encourage à travailler davantage, à la fois pour notre entreprise mais aussi pour tous les artisans impliqués.

 Pouvez-vous nous parlez de votre entreprise ?

 Nikka-Zubon est une entreprise basée à Osaka.  Nous proposons une large gamme de pantalons prêt-à-porter à la fois confortables et originaux. Nous sommes une jeune start-up, nous avons comme objectif de faire connaître nos pantalons de style « Tobi » et « Nikka-pokka » au public européen. Les pantalons que nous vendons sont ceux portés par certains personnages de mangas et de jeux vidéo comme GTO, One punch man, etc…

 Nous avons à cœur d’aider les artisans japonais qui souffrent de la concurrence internationale avec des produits comme le jean occidental par exemple. La réalisation de ces pantalons est un art vieux de plusieurs siècles et nous souhaitons les exporter dans le monde entier à commencer par notre pays : la France.

Actuellement, nous sommes 3 à temps plein mais nous faisons appel à de nombreuses autres personnes. Brathish, 28ans et passionné de culture japonais est l’investigateur de ce projet. Mami, 26 ans, férue d’histoire japonaise, adore le français. Elle et Brathish se sont rencontrés sur les bancs de l’UCP lors de son échange. Enfin ma passion pour le Japon m’a poussé à les rejoindre à la fin de mon cursus à l’UCP.

 Ensemble nous travaillons sur Nikka-Zubon depuis le mois de décembre 2015, date à laquelle nous avons lancés notre site internet (Nikka-zubon.com). 

 Un conseil à ceux qui voudraient se lancer et entreprendre…

 Nous avions rencontré lors d’un meeting pour se lancer dans la création d’entreprise au Japon Thomas Bertrand. Il est le président de Bento & Co et il nous avait dit : « N’ayez pas peur de vous lancer ! ». Il y a dans chaque projet, aussi atypique soit-il, des chances de succès, ce qui compte c’est la motivation et l’acharnement. Il faut mettre tout en œuvre pour réussir et ne pas trop prêter attention aux réserves que peuvent émettre les gens qui parfois sont des proches.

 Autre conseil : il faut bien se renseigner sur la législation en vigueur dans le pays si on souhaite se lancer à l’étranger pour éviter toute déconvenue. Il est aussi vital de parler de son activité autour de soi, de créer un réseau car on ne devient pas entrepreneur par sa seule volonté mais avec l’aide de tous ses proches.

 Enfin, je pense qu’il ne faut pas trop attendre pour se lancer et qu’il faut toujours rester très à l’écoute de sa communauté : proches, clients, followers…

 Les débuts sont souvent éprouvants : aussi bien physiquement que moralement mais une fois cette étape passée, les premiers résultats vous reboostent et vous donnent envie d’entreprendre des choses de plus en plus importantes.