Rezo UCP

Maryline Bardin, Fondatrice et présidente de AO voyage

Agence de voyages pour personnes à mobilité réduite

Maryline a un parcours riche et atypique ! Bilan de compétences, licence pro et diplôme universitaire l'ont menée à la création d'AO voyage...

Présentez-nous votre activité.

AO voyage est une agence de voyages qui propose des séjours et activités adaptés aux personnes à mobilité réduite. Nous nous attachons à valoriser la France auprès de notre clientèle japonaise. Notre offre s’adresse aussi à la clientèle française qui peut (re)découvrir notre beau pays ou partir à la découverte du Japon.

Notre valeur ajoutée : une offre touristique « globale » ! Elle comprend l’hébergement bien sûr,  mais surtout les transports lors du séjour (du départ au retour au domicile), ainsi que des activités sportives et culturelles adaptées. Autre point très important : nous fournissons à nos clients des informations précises sur l’accessibilité des lieux et des activités sportives et culturelles adaptées.

AO Voyage permet aux personnes à mobilité réduite de voyager seul, en famille ou entre amis, comme tout le monde ! Grâce à  une équipe complémentaire, nos clients vivent pleinement leurs vacances et accèdent sereinement aux autres prestations touristiques.

Quelle formation avez-vous suivie à l’UCP ? Quel souvenir en gardez-vous ?

Tout a commencé en 2009 avec un bilan de compétences. J’avais un BTS Tourisme et j’ai décidé de reprendre mes études dans cette voie. J’ai donc intégré l’UCP pour effectuer une licence professionnelle RISLAV (Responsable International de Structure de Loisirs, d’Accueil et de Voyages). Ce diplôme m’a offert une remise à niveau avec la partie théorique et une expérience pratique grâce au stage obligatoire. J’ai effectué mon stage au Japon. Il m’a permis d’affiner l’objectif de mon entreprise et de rencontrer mon associé qui n’est autre que mon ancien maître de stage !

Mon départ pour le Japon a été retardé de plusieurs mois par le tsunami de mars 2011. J’ai donc intégré la première promotion du DU Création d’entreprise de l’UCP. Cette formation m’a permis d’acquérir les compétences nécessaires à la création d’une entreprise tant au niveau commercial, financier, juridique que stratégique. L’objectif final de ce diplôme étant de nous permettre d’élaborer le business plan pour créer notre société.

Ces deux formations ont été complémentaires et décisives dans la création de mon entreprise. Je garde un excellent souvenir de cette « reprise » d’études un peu atypique au milieu de « jeunes ». Je devais gérer ma vie de créatrice d’entreprise, d’étudiante et de jeune maman mais je me suis facilement intégrée grâce au soutien des enseignants et surtout aux liens créés avec les autres étudiants. L’ambiance était très conviviale.

Quand avez-vous lancé votre activité ?

Nous avons obtenu l’agrément Atout France en juillet 2014, nécessaire à la gestion d’une agence de voyages. J’ai depuis embauché 2 personnes dont une à plein temps, qui a + de 20 ans d’expérience dans le tourisme, et une salariée à mi-temps qui est une personne handicapée qui a pour rôle de tester et valider nos séjours et activités.

Quelles étaient vos motivations pour vous lancer dans cette aventure ?

J’ai fait le choix de m’adresser à des personnes à mobilité réduite suite à des phrases « choc » entendues au cours de mon expérience de chargé de clientèle en mutuelle ou lors de mon mandat de conseillère municipale. Parmi ces phrases : « j’ai réservé une chambre dans un hôtel soit disant accessible et il y avait 3 marches devant l’entrée… » ou encore « je ne pouvais pas accéder aux toilettes car la porte était trop étroite… ». Sans parler des activités prévues auxquelles ils n’ont pas pu participer faute de communication sur l’accessibilité.

Avant cela, je n’avais pas  le sentiment d’être directement concernée par le handicap car aucune personne dans mon entourage n’est en situation de handicap mais en réalité, nous sommes TOUS concernés…

J’ai alors étudié les possibilités de voyages et d’activités adaptés et mon bilan de compétence m’a permis de trouver ma voie avec le soutien de mon employeur à l’époque.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ? Comment les avez-vous contournées ?

La création d’AO voyages n’a pas été de tout repos ! Un vrai parcours du combattant. Même avec un comptable, j’ai souvent été noyée par l’administratif, surtout depuis que j’ai des salariés.

Il faut être vigilant et bien se faire conseiller. Des mauvais conseils peuvent vous faire perdre des financements et du temps. Pour éviter cela, je m’adresse toujours à plusieurs personnes désormais et demande systématiquement une confirmation écrite.

Lorsqu’on lance son activité, tout est très important et il est parfois dur de savoir par quoi commencer. J’ai eu la chance d’intégrer la pépinière de Neuville sur Oise (ACCET Val d’Oise Technopôle) et d’être suivie et conseillée par un comité d’experts dans le cadre de l’incubateur. Encore aujourd’hui, j’ai un accompagnement personnalisé en pépinière qui me permet de faire face aussi bien stratégiquement que psychologiquement à la baisse d’activité depuis le début d’année. En effet, notre clientèle étant au départ principalement japonaise, notre activité a été directement impactée par les attentats en France, en Tunisie et la tension qui y règne depuis. Il a donc fallu réagir et opter pour une nouvelle stratégie permettant de cibler la clientèle française, avec les bons conseils et l’accompagnement des responsables de la pépinière et dans le cadre de mon suivi avec Réseau Entreprendre.

Un conseil pour les étudiants attirés par l’entreprenariat ?

Être entourée de créateurs et participer à de nombreux salons, conférences ou ateliers, m’a permis de me rendre compte de la réalité du terrain mais aussi des erreurs à éviter, même si je continue à en faire aujourd’hui. Le but est de savoir se remettre en question au bon moment.

Il est à mon avis primordial de se faire accompagner, surtout si l’on créé seul son entreprise comme dans mon cas.

Le Val d’Oise est un département très impliqué qui comprend de nombreux organismes dédiés à la création. Beaucoup d’initiatives m’ont été très bénéfiques ! On trouve des ateliers généralistes ou bien à thème (parmi les plus connus : les apéritifs-contacts organisés par le CEEVO (Comité d’Expansion Economique du Val d’Oise), je pense aussi au carrefour des projets dans le cadre de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) organisé par la Communauté d’Agglomérationmais aussi les après-midi, les soirées ainsi que certains ateliers organisés par la Chambre de Commerce de d’Industrie. Vous pouvez également intégrer certains dispositifs proposés par Initiactive 95 ou Réseau Entreprendre.

Pour un accompagnement plus suivi mais aussi complémentaire, ce que je vous recommande fortement,  vous avez la possibilité d’intégrer la pépinière d’entreprise. Et même si vous avez simplement une idée de projet, sachez qu’il existe une étape de pré-incubation à l’ACCET Val d’Oise Technopôle qui s’inscrit dans le cadre des PEPITE. 

Si vous avez une idée parlez-en autour de vous et surtout entrainez-vous au « pitch » pour en parler facilement, clairement et voir si vous pouvez convaincre. Votre personnalité peut faire toute la différence. Développer votre réseau est également très important.

Bien entendu, le DU de création d’entreprise proposé par l’UCP est un très bon tremplin lorsqu’on a défini les grandes lignes du projet et surtout, cette formation permet d’acquerir en très peu de temps toutes les connaissances nécessaires à la création. Un très bel exemple se trouve tous les midis près de l’UCP avec Thibault, créateur du camion du Vexin qui était dans la même promotion que moi.

Un dernier conseil : oublier la société avec 1€ de capital. En effet,vous ne serez pas crédible envers vos futurs partenaires et encore moins auprès des financeurs.

Partager :