Rezo UCP

Un instant avec nathalie Bondoa

Educatrice PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse)

Diplômée d'une Maîtrise de lettres modernes en 2001

1) Quel chemin avez-vous parcouru ?

Le cursus que j'ai choisi peut-être vu comme très généraliste ou très spécialisé. C'est une question de point de vue... La vérité est que j'ai toujours voulu enseigner. Je rêvais  d'être professeur de lettres et c'est dans cet optique que je me suis lancée . Hélas malgré plusieurs tentatives, je n'ai pas réussi à obtenir le CAPES et l'agrégation que j'ai passés simultanément. Parallèlement j’ai enseigné en tant que professeur vacataire dans plusieurs collèges des environs. J'ai également occupé un poste de surveillante d'externat. J'avais acquis un savoir-faire avec les adolescents et, enseignement ou pas, c'est un public avec lequel je souhaitais continuer à travailler. C'est pourquoi j'ai fini par passer le concours d'éducatrice de la protection judiciaire de la jeunesse (P.J.J) que j'ai obtenu du premier coup.

2) Que vous a apporté votre formation à l’université de Cergy-Pontoise ?

Je suis le premier membre de ma famille qui a obtenu le Bac et entamé des études supérieures. Donc la première chose que m'a apporté mon passage à l'université de Cergy-Pontoise, c'est un sentiment d'immense fierté. L’année de ma maîtrise a été particulièrement jubilatoire. J'ai pu focaliser mon amour de la littérature sur mon domaine de prédilection. La disponibilité et la rigueur de mon directeur de mémoire, Monsieur Mouralis, m'ont permis d'aller au bout de ma démarche de recherches. Ce dont je ne me croyais pas capable. Dans cette université, j'ai appris à croire en moi...Mes échecs au CAPES ont été contrebalancés par l'obtention de mes diplômes. C'est ce qui m'a permis d'avancer.

3) Quelles sont vos perspectives aujourd'hui ?

 Aujourd'hui mon bagage universitaire m'est très utile lorsque je rédige mes rapports aux magistrats. Mon amour de la littérature, du théâtre, de la philosophie est présent dans ma pratique professionnelle au travers des projets que je mets en place.  Je suis  éducatrice et très fière d'occuper ce poste au sein d'une administration qui a pour mission d'accompagner des adolescents en difficulté. Je me prépare l'année prochaine à passer le concours de chef de service. Et je n'exclus pas de m'inscrire prochainement en master 2 de lettres à l'université de Cergy-Pontoise. 

4) Un conseil aux étudiants et anciens de l'UCP ?

Il faut avoir de l'ambition et une exigence certaine vis-à-vis de soi. Il faut se fixer des objectifs même s'ils vous semblent hors de portée. Car même si vous ne les atteignez pas, les efforts qu'ils vous auront demandés vous mèneront toujours quelque part. En ces temps troublés et malgré les impératifs économiques auxquels nous sommes tous soumis,  gardez en tête que l'université doit  demeurer un lieu  de bouillonnement intellectuel où  notre esprit se nourrit de choses qui peuvent paraître inutiles (au sens de servir à obtenir quelque chose) mais qui sont essentielles !