Rezo UCP

Sébastien Bailleul

C'est en 2001 que Sébastien a obtenu son DUT Techniques de commercialisation. Il nous parle de son parcours et de son engagement professionnel dans le domaine de l'humanitaire et de la solidarité internationale.

Sébastien, quel a été votre parcours ?

J’ai d’abord fait un DUT Techniques de commercialisation que j’ai obtenu en 2001, puis j’ai continué pendant 2 ans des études de communication avec une spécialisation en relations publiques et évènementiel.

Au début de ma formation, je n’avais pas d’objectif précis en tête. Je souhaitais une formation qui m’amènerait à toucher très vite  du doigt le monde professionnel et c’est ainsi que je me suis dirigé vers un DUT. Au bout de ces 2 années d’études, j’avais une idée plus claire. Je souhaitais m’orienter vers la communication et le marketing, dans le domaine de la solidarité (organismes sociaux, organisations de la solidarité internationale,…).

Ce sont mes stages qui m’ont permis d'affiner mes choix, notamment en identifiant ce vers quoi je ne voulais pas aller. Une fois que j’avais posé un doigt de pied dans le milieu associatif, j’ai su que cela me correspondait.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Je suis aujourd’hui Chef de projet de la Semaine de la solidarité internationale (SSI). Cela fait près de 10 ans que je travaille dans le milieu de l’humanitaire et de la solidarité internationale. J’ai commencé chez Action contre la Faim pendant 4 ans, en tant que chef de projet pédagogique (la Course contre la faim, un projet de sensibilisation et de collecte de fonds auprès des collégiens en France) ; puis 4 ans encore chez Aide et Action, association de développement pour l’accès à l’éducation dans le monde ; et depuis 2 ans au CRID (Centre de recherche et d’information pour le développement) pour le projet de la SSI.

La Semaine de la solidarité internationale, SSI, est le rendez-vous solidaire, national, grand public et de proximité visant à sensibiliser à la solidarité internationale et au développement durable. Chaque année, depuis 18 ans, la 3ème semaine de novembre, des milliers de bénévoles et de salariés organisent un grand nombre de manifestations de multiples thématiques, alliant réflexion, créativité et convivialité partout en France ! C’est un événement fort ayant pour but de dépasser nos idées reçues, d’échanger et de s’interroger sur ce que nous pouvons faire pour rendre ce monde plus solidaire, à travers nos actes quotidiens les plus simples ou les plus engagés !

En tant que chef de projet, je suis amené à gérer les différents aspects de celui-ci : gestion et recherche de fonds (budget d’environ 800 000 euros par an), de la coordination et animation du Comité de pilotage (composé de grandes associations de solidarité internationale en France), de la représentation auprès des partenaires (Ministère des affaires étrangères, de l’Education nationale, Conseils régionaux,…), du management (équipe de 4 personnes),…

C’est un poste riche, complexe et surtout motivant pour un projet qui l’est tout autant.

Quels sont vos projets ?

J’ai le souhait de continuer à faire vivre la Semaine de la solidarité internationale et la rendre plus accessible et donc connue auprès du grand public en France. J’espère que mes projets futurs me permettront de continuer à travailler dans un milieu qui me ressemble de par les valeurs qu’il porte. J’ai très vite compris au cours de mes études que j’aurai le besoin dans ma vie professionnelle d’y trouver du sens. Ma seule ambition est donc de continuer dans cette voie.

Quels rôles ont joué vos études dans votre réussite ?

Mes études m’ont aidé à faire des choix pour mon futur parcours professionnel, m’ont donné les bases théoriques pour mener à bien les premières missions qui m’ont été confiées.

Tout savoir sur la Semaine de la solidarité internationale...

Partager :