Université

Parcoursup : on vous explique les « oui si »

La loi « Orientation et Réussite des Etudiants » (ORE) et son nouveau système de gestion des candidatures Parcoursup prévoit la mise en place de « oui si ». Patrick Courilleau, vice-président en charge de la formation et de la vie étudiante revient sur son application à l'université de Cergy-Pontoise.

La loi ORE qui succède au controversé APB prévoit la mise en place de « oui si ». Pourriez-vous nous dire en quoi cela consiste ? 

Comme le dit le nom de la loi « Orientation et Réussite des Étudiants », celle-ci a pour finalité de permettre à tout jeune souhaitant poursuivre une formation dans l’enseignement supérieur d’identifier le parcours qui lui permettra d’atteindre son projet personnel. La définition, par exemple, des attendus permet ainsi à un lycéen de savoir si le modèle pédagogique d’une formation lui correspond compte-tenu de son parcours. Il ne viendrait à l’idée de personne de proposer à un élève de 1ère L de passer en terminale S ni de proposer à un terminal S de se présenter au bac STMG. De même quand un jeune bachelier à un projet cohérent pour rentrer dans une filière alors qu’il ne maîtrise pas les attendus de celle-ci, la loi a prévu que l’on puisse lui proposer un parcours aménagé afin de lui permettre de réussir. Un « oui-si » correspond bien à accepter un candidat dans une formation mais en lui proposant un cursus qui lui sera adapté et ainsi éviter de le mettre en situation d’échec.

Combien de dossiers sont potentiellement concernés à l’université de Cergy-Pontoise ? 

La question est particulièrement complexe car j’aimerais pouvoir répondre que chaque étudiant pourra bénéficier d’un parcours individualisé avec une pédagogie qui lui correspond et dans ce cas je devrais répondre 100%. De manière plus pragmatique, pour la rentrée à venir ce sont entre 400 à 500 étudiants sur les 3000 nouveaux étudiants qui rentreront pour lesquels nous pourrons proposer ces parcours aménagés. En effet, concevoir de nouveaux parcours avec des pédagogies adaptées à des profils variés prend du temps. Il s’agit aussi d’identifier les différents profils auxquels il est nécessaire de proposer une réponse. Enfin il faut identifier (ou former) les enseignants aptes à assurer ces nouveaux cours. Les équipes pédagogiques ont ainsi pris en compte les difficultés rencontrées le plus couramment ces dernières années qui pouvait entraîner le plus souvent des abandons en cours d’année. Elles ont ainsi prévu de répondre en priorité aux profils d’étudiants correspondant mais elles vont travailler au cours de l’année prochaine sur la déclinaison de nouveaux dispositifs.

En quoi consistera un « oui si » à l’université de Cergy-Pontoise ?

Pour la rentrée à venir, voici les parcours aménagés qui seront mis en place :

  • L’UFR Langues et Etudes Internationales proposera pour trois de ses portails des tests à la rentrée universitaire à la suite desquels des cours de soutien en langue (anglais ou espagnol) seront proposés pour les étudiants confirmant des fragilités pressenties lors de l’étude des dossiers. Les étudiants bénéficieront en complément d’un suivi individuel par un enseignant de la composante.
  • L’UFR Lettres et Sciences Humaines prévoit pour le portail lettres modernes de créer deux nouveaux cours proposant un modèle pédagogique adapté à la place d’enseignement sur la langue française. Ces cours seront intégrés et valorisés au sein des maquettes en terme d’ECTS et positionnés un sur chaque semestre. Ce dispositif sera complété par des cours de soutiens en anglais à chaque semestre (mais pour partie mutualisés avec les portails d’histoire et de géographie). Les étudiants bénéficieront en complément d’un suivi individuel par un enseignant de la composante.
  • L’UFR Lettres et Sciences Humaines prévoit pour les portails d’histoire et de géographie des cours de soutiens en anglais à chaque semestre. Les étudiants bénéficieront en complément d’un suivi individuel par un enseignant de la composante.
  • L’UFR Droit prévoit pour répondre aux fragilités de la maîtrise de la langue française un dispositif s’appuyant sur le projet Voltaire complété par un tutorat étudiant obligatoire. Les étudiants bénéficieront en complément d’un suivi individuel par un enseignant de la composante.
  • L’UFR Éco-Gestion prévoit pour répondre aux fragilités de la maîtrise de la langue française un dispositif s’appuyant sur le projet Voltaire complété par un tutorat étudiant obligatoire. Pour ceux auxquels des fragilités en mathématiques sont pressenties, suite à un test à la rentrée des cours de soutien en mathématiques seront proposés. Les étudiants bénéficieront en complément d’un suivi individuel par un enseignant de la composante.
  • L’UFR Sciences et Techniques prévoit pour au sein de ses trois portails BI, MIPI, PCSTI un dispositif pour les titulaires d'un bac S, dont le dossier présente des faiblesses, ou de bac dont les attendus ne sont pas totalement en adéquation avec les attendus scientifiques permettant d'approfondir les connaissances afin de faire sauter les points bloquants. Ces heures sont prévues sous forme de TD de soutien en mathématiques, physique et informatique. Des modèles pédagogiques spécifiques sont prévus dont une approche par projet, particulièrement en physique et en informatique. Les étudiants bénéficieront en complément d’un suivi individuel par un enseignant de la composante.
  • L’UFR Sciences et Techniques prévoit pour au sein de ses trois portails BI, MIPI, PCSTI un dispositif pour les titulaires de bac n’ayant pas permis l’acquisition des attendus scientifiques de revoir certaines bases et de consolider ces acquis en répartissant la charge de travail sur deux ans afin de faciliter cette réorientation. En appui aux cours suivis la première année, un enseignement spécifique de remise à niveau en mathématiques et en physique sera proposé et complété par du tutorat étudiant. Les étudiants bénéficieront en complément d’un suivi individuel par un enseignant de la composante.
Partager :