Université

« Les femmes sont sur la photo mais pas assez au cœur de l’action ! »

11.07.2017

L’augmentation du nombre de femmes à l’Assemblée nationale et la parité au sein du gouvernement ont été largement soulignées depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. Nous avons demandé à Karine Bergès, maîtresse de conférences à l’UCP et spécialiste de la question de l’égalité femmes-hommes, si ces chiffres étaient un bon signal.

38,8% de femmes à l’Assemblée nationale, 15 femmes et 15 hommes dans le gouvernement d’Edouard Philippe. Ces chiffres sont-ils encourageants à vos yeux ?

Ces statistiques montrent indéniablement une avancée. Je rappelle que nous partions de très loin en France, les femmes étaient très peu représentées dans le monde politique. Disons que la situation s’améliore, qu’un mouvement s’engage peut-être. Mais si on creuse, on s’aperçoit tout de même que les femmes n’occupent pas les postes clés à l’Assemblée. Le Président de la chambre basse est un homme, François de Rugy, et les huit présidents de groupe politique sont des hommes. Quant au gouvernement, il y a certes la parité, mais seulement deux ministères régaliens ont été confiés à des femmes : la Justice et les Armées.

 

Les associations féministes que vous suivez dans le cadre de vos recherches ont-elles été déçues ?

Oui, en partie. Elles se souvenaient de la promesse de campagne d’Emmanuel Macron de nommer une femme au poste de Premier Ministre. Finalement, il a opté pour un homme. Elles espéraient aussi qu’il y ait un ministère des droits des femmes de plein exercice et non un Secrétariat d’Etat. Enfin, les militantes féministes ont regardé attentivement la composition du cabinet du Président de la République à l’Elysée : sur 45 membres, il n’y a que 17 femmes !

 

Il faut donc se méfier des affichages ?

Emmanuel Macron use de beaux symboles, l’entrée au Panthéon de Simone Veil en est un. Mais le gouvernement est attendu sur des sujets concrets comme la PMA, les écarts des salaires, les violences faites aux femmes… Si je devais résumer, je dirais que pour le moment les femmes sont sur la photo mais pas assez au cœur de l’action ! La culture politique française reste très masculine, nous observons encore beaucoup de résistances.

 

Partager :