Université

La VAE fête ses 15 ans !

27.11.2017

Voilà maintenant 15 ans que la validation des acquis de l’expérience (VAE) existe comme 4ème voie de diplômation. Portée par la loi de modernisation sociale de 2002, elle a été mise en place la même année à l’université de Cergy-Pontoise. Durant ces 15 ans, l’université a accompagné plusieurs centaines de candidats pour l’obtention de diplômes allant du DUT au doctorat. Retour sur 15 ans de VAE à l’université avec Dominique Bouy Debec, responsable VAE à l’UCP.

Qu’est-ce que la VAE ?

La validation des acquis de l'expérience ou VAE est une mesure qui permet à toute personne, quels que soient son âge, son niveau d’études ou son statut, de faire valider les acquis de son expérience pour obtenir un diplôme. La durée d’activité requise a longtemps été de 3 ans et est, depuis la loi dite « travail » (loi El Khomri) d’un an, en lien direct avec le diplôme visé.

Depuis quand et pourquoi l’université a mis en place la VAE ?

D’une part, la VAE émanait d’une demande du ministère de l’Enseignement supérieur. En tant qu’université, nous nous devions d’y répondre et de mettre en place une organisation pour pouvoir accueillir les candidats. D’autre part, l’UCP était prête à accueillir ce nouveau mode d’accès au diplôme même s’il s’agit d’un changement de paradigme important.

La VAE à l’UCP peut se faire sous plusieurs formes (hybride, doctorat…) et parfois pour des cas spécifiques. Pouvez-vous en parler ?

Beaucoup de candidats s’engagent dans une démarche de VAE « classique ». Néanmoins, depuis quelques années, la VAE prend un nouvel élan et se réinvente au sein de la FTLV (formation tout au long de la vie). C’est ainsi que se développent de nouvelles formes pédagogiques de la VAE dont la VAE hybride par exemple.

La VAE hybride, telle que nous l’avons développée pour l’instant, s’adresse à un groupe de salariés d’une même entreprise. Le diagnostic préalable de ce groupe est réalisé avant sa démarche afin de déterminer les compétences acquises ou celles manquantes au regard du diplôme visé. Les candidats suivent alors une formation construite sur mesure et entre dans la démarche de VAE simultanément. Lors du jury, ils valident à la fois les compétences acquises dans leur cadre professionnel ainsi que celles, nouvelles, acquises en formation. Dans ce cadre, nous travaillons avec le cabinet Les 2 rives avec qui nous sommes partenaires depuis plusieurs années et des entreprises comme Air France ou Partouche pour des promotions de 18 salariés environ.

Nous faisons aussi de la VAE pour l’obtention du diplôme de doctorat. Procédurée plus tardivement, elle permet d’inscrire la VAE à tous les niveaux de diplôme, de confronter la recherche privée à la recherche privée, de rapprocher le monde de l’entreprise à celui de l’université, etc. Fortement portée par l’UCP, la VAE-doctorat sert l’innovation au sens large.

On entend aussi parler de VES ?

La VES (validation des études supérieures) est un dispositif qui s’adresse à des candidats ayant obtenu un diplôme obtenu français ou étranger, mais qui n’est pas un diplôme d’état. Dans le nouveau décret sorti en juillet 2017, la validation d’études supérieures est clairement mise en parallèle de la VAE. Il s’agit d’une démarche pour des adultes qui ne sont pas forcément dans une démarche de reprise d’études mais qui souhaitent simplement faire valider un diplôme qu’ils ont obtenu mais qui n’est pas reconnu en France.

Avez-vous des cas de candidats qui vous ont marqués ?

Il y a des parcours intéressants, comme par exemple le cas d’un candidat qui a validé partiellement une licence professionnelle. Suite à cela, il a suivi des enseignements à l’IUT de Cergy, mais aussi à l’IUT de Lille et au CNAM pour acquérir les connaissances et les compétences qui lui faisait défaut. Il a pu ainsi valider sa licence professionnelle. Suite à cela, il a fait une VAPP (Validation des Acquis Professionnels et Personnels) pour s’inscrire dans un master de management à Lille. Il a aujourd’hui obtenu ce master et l’ensemble de son cursus lui a ouvert des portes : changement de poste, évolution professionnelle, beaucoup de compétences acquises et une employabilité décuplée.

Partager :