Université

Former des étudiants à la communication sur l’environnement quand les sceptiques l’emportent

23.02.2018

Les citoyens ont commencé à agir individuellement pour la planète mais ils demeurent sceptiques quant à l’engagement des entreprises sur cette question.
Ce scepticisme ambiant est-il une réalité ou plus simplement le résultat d’un décalage de communication ? Comment former les étudiants dans un tel contexte ?

Le décalage est réel car tandis que les citoyens doutent, nombre d’entreprises avancent sur des questions très concrètes aussi sensibles que l’énergie, l’alimentation, les transports mais aussi plus largement sur un développement plus durable et solidaire.

L’enjeu d’une communication audible, loin du « greenwashing » est une nécessité y compris pour les étudiants qui se destinent à ces métiers.

Dès sa création, l’université est présente dans ce champ de formation. Aujourd’hui, implanté à Neuville, le master environnement avec ses trois parcours : éco-conception et gestion des déchetsRSE (responsabilité sociétale des entreprises), communication et environnement, et éco-construction offrent aux étudiants des parcours professionnalisés ancrés dans la réalité économique et sociale actuelle.

Pour Akila Nedjar-Guerre, responsable du parcours RSE, communication et environnement, l’objectif est de faire agir les étudiants, de leur permettre de développer leur capacité à réaliser. “La communication sur ce thème n’est pas facile en France et les étudiants doivent en percevoir à la fois l’enjeu et les difficultés et acquérir les compétences pour mener leurs projets à bien”, précise-t-elle. Ce que font d’ailleurs certains d’entre eux au cœur même de l’université avec la mise en place du café éphémère écologique et équitable « GreenSpot ».

Une autre réalité de ces formations, pour cette enseignante, ancienne professeur de SVT et aujourd’hui maître de conférence en sciences de l’information et de la communication, est caractérisée par leurs besoins permanents d’adaptation aux évolutions sociales, environnementales et économiques. Ainsi depuis 2 ans, l’enseignement de la RSE (responsabilité sociétale et environnementale) des entreprises et des collectivités territoriales a été fortement développé. Les étudiants sont ainsi en capacité, à l’issue de leur formation, de mener des diagnostics et des audit RSE techniquement solides.

Akila Nedjar-Guerre souhaiterait qu’on aille plus loin en donnant à “chaque étudiant et à chaque salarié une formation de base”. Aujourd’hui, l’évolution est en marche. Des enseignants de l’UCP ont déjà inclus ces questions dans leurs enseignements. Un certain nombre d’universités dont Cergy-Pontoise, avance sur une formation qui serait proposée à tous les étudiants.

En savoir plus sur le master environnement

Parcours Responsabilité sociétale des entreprises, communication et environnement

Site Internet du master

Page Facebook du master

 

Akila Nedjar-Guerre

Maître de conférences en sciences de  l’information et de la communication, Sciences de l’homme et de la société.

Thématique 

Environnement, Ville durable, approches  citoyennes,  technologies de l’information et de la communication

En savoir plus 

Page personnelle

 

Partager :