Vie étudiante

6ème folle nuit du théâtre universitaire (2014)

10.05.2014

Samedi 10 mai 2014 à partir de 16h45 sur le site universitaire de Saint-Martin, Amphi Lwoff !

 

 

 

 

 

 

La folle nuit du théâtre universitaire ouvrira sa 6ème édition et vous fera découvrir 7 spectacles de théâtre proposés par les étudiants de l'université de Cergy-Pontoise, soit près de 90 étudiants. Les spectacles sont gratuits et des pauses gourmandes seront prévues entre les spectacles !

 

Des rendez-vous tout au long de la soirée..


16h45 : Tais-Toi !!, création collective

de l’atelier de formation théâtrale dirigé par Jean-Paul Rouvrais, en partenariat avec L’apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise

Les mots font mal// Les coups// Tout ça reste là, enfoui// Empruntés à la chair// Au sang

Jusqu'au bout// Il nous faut vivre avec// Ça qui tire toujours vers l'arrière

 Retrouvez les étudiants en interview lors d'une répétition à L'apostrophe.

17h55 : Le Pilote Américain de David Greig

proposé par l’option théâtre dans une mise en scène d’Olivier Collinet, en partenariat avec le Théâtre 95

LE FERMIER. - Le Pilote Américain était l'être le plus beau que j'aie jamais vu. Chaque fois que je le regardais, un nuage de pensées me montait à l'esprit comme des insectes d'une herbe qu'on a remuée…

 

19h00 : De néons en néants d’Adèle Clerfays, Alexandre Champion et Pierre-Yves Raymond

présenté par l’association étudiante Zon’art

Cinq scènes de théâtre qui évoquent un quotidien parfois étouffant, loufoque et révoltant. Une rencontre avec des personnes, des paumés en tout genre : un aveugle qui veut s’armer, un ivrogne sur le fil du rasoir...

 

19h55 : L’ABC de notre vie de Jean Tardieu

proposé par l’option théâtre dans une mise en scène d’Elise Arpentinier, en partenariat avec le Théâtre 95

ABC de notre vie, c’est une symphonie de paroles, de cris et de murmures. Une quête fondamentale de l’homme : Retrouver ses rêves d’enfant ? Assumer le passé, l’histoire ? Vivre l’amour comme au premier jour ?

 

21h00 : Atteintes à sa vie de Martin Crimp

présenté par l’option théâtre dans une mise en scène de Sylvie Ollivier, en partenariat avec le Théâtre 95

Mais qui est Anne ? Anna ? Anny ? Anya ? A travers un patchwork de récits, les acteurs représentent les nombreuses versions de « Anne » et dessinent une vision radicale de notre société.

 

21h55 : Diablogues de Roland Dubillard

présenté par les étudiants en licence lettres et arts, parcours théâtre, dirigé par Marc Schapira, en partenariat avec le Conservatoire à rayonnement régional de Cergy-Pontoise

Une série de dialogues diaboliques remplis d'humour, d'absurde, de poésie et de questionnements existentiels.

 

23h00 : Comme une poule devant un couteau..., création collective

de l’atelier théâtre, animé par Jean Bonnet, en partenariat avec la compagnie Théâtre en Stock

Assistante de mise en scène : Léonore Jeanne

Des rounds percutants sur le couple, confusion amoureuse de personnages qui tour à tour se débattent, s'attirent, se repoussent, se disputent, se comprennent, dans un rythme haletant.

Interview de Phary Tang et Sophie-Anne Jacquelin, deux étudiantes du spectacle « Comme une poule devant un couteau », réalisée le 7 avril 2014 sur le site de Saint Martin – Université de Cergy-Pontoise.


Phary (à gauche) et Sophie-Anne (à droite)

Qui es-tu, d'où viens-tu, et qu'est ce que tu fais dans la vie ?

Phary : « Qui es-tu ? » Eh bien je m'appelle Phary, « D'où je viens ? », je viens du Master 2 contrôle qualité à Neuville et…

Et « Qu'est que tu fais dans la vie ? »

Phary : « Qu'est ce que je fais dans la vie ? »… Je suis étudiante (rires)

Et toi ?

Sophie-Anne : Moi je suis Sophie-Anne, je suis en 2ème année de lettres modernes à Cergy, et dans ma vie, je fais du théâtre, de la chorale, des trucs un peu artistique quoi.

Pourquoi faites-vous du théâtre à l'UCP ? Qu'est ce que cela vous apporte ?

Phary : Parce que moi je suis plutôt timide… Pour essayer de progresser à l'oral, d’aller plus facilement vers les gens, je fais du théâtre.

Sophie-Anne : Moi aussi à la base je suis timide, mais j'ai fait beaucoup d'années de théâtre, ça va être ma 9ème année de théâtre… L'année dernière j'ai choisi l'option théâtre a la fac. C'était pas ici, c'était au théâtre des Louvrais à Pontoise avec un autre comédien que Jean (Jean Bonnet, ndlr), et puis comme j'ai su qu'il y avait encore l'opportunité de le faire bah je me suis décidée !

Tu vas participer à la folle nuit du théâtre universitaire, y as-tu déjà participé ? Que représente la folle nuit pour toi ?

Phary : Bah moi en fait, c’est la première fois que je fais du théâtre cette année donc…je n'ai pas du tout fait de spectacle…

Donc c'est ta première ?

Phary : (rires) oui, je suis une novice !

Sophie-Anne : Je n’ai moi non plus pas fait la folle nuit l’année dernière. J’aurais pu mais je ne l’ai pas faite. On va pouvoir montrer ce qu'on fait le lundi soir à nos amis et à notre famille, et puis c'est l'occasion de voir un peu ce que font les autres groupes, voir un petit peu leurs univers, voir si ça se rapproche du notre ou pas… C'est un échange, c'est ça qui est bien.

Qu’allez-vous présenter ?

Sophie-Anne : Je ne connais pas encore vraiment le titre de notre spectacle, c'est vraiment des scènes sur la vie de couple, avec des petites querelles, comme des scènes de ménages. Jean veut insister sur le côté tragique sauf que nous, comme on est un groupe un peu… comment dire… de fanfarons (rires) bah ça tourne un peu rapidement « à la cacahouète »dans le sens où c'est…y'a certains garçons qui tournent toujours tout ça autour du… cul, excusez moi du terme, du coup c'est pas forcément évident de se concentrer, et donc ça se voit bien dans les scènes. Dès que ça doit être sérieux, on y arrive pas mais… dans l'ensemble, c'est sur la vie de couple en général, les petits travers, et ce qui va bien aussi, faut pas dire que la vie de couple c'est toujours pas bien…

La plupart des scènes sont écrites par vous-mêmes, avez-vous apprécié de contribuer à la création du spectacle ?

Phary : C'est sur quand tu écris un truc et qu'il est joué après… moi j'apprécie…

Sophie-Anne : Oui je vois ce que tu veux dire. Dans l'ensemble, on dit que ce sont vraiment des textes écrits par nous-mêmes… Mais il faut dire ce qui est vrai, c'est un ami qui n’est pas là ce soir qui a écrit presque toutes les scènes parce qu'il aime beaucoup ça… C'est vrai que d'avoir sa petite, comment dire, parce qu'il a un langage pas très élaboré, enfin comment dire ça…

Pas très soutenu ?

Sophie-Anne : oui, non, il est courant, même un peu par moment…

Familier ?

Sophie-Anne : oui, familier, et donc on arrive très bien à se mettre dans les personnages. C’est vrai que le fait de ne pas lire un texte qui est déjà écrit – à la base de – par de grands auteurs, nous permet de plus se l'approprier, enfin pour ma part c'est ça… Après il y a aussi Jean… C'est un peu un mélange de tout ça, c'est sympa quoi.

Qu’est ce qui vous plait dans ces scènes ?

Phary : Ce qui me plaît est de pouvoir jouer un rôle différent de ce que je suis d'habitude, d'essayer de dépasser mes limites,c'est un petit challenge personnel.

Où en êtes vous dans la réalisation de la pièce ?

Phary : Elle n’est pas du tout finie. On a la fin, on a peut être le début, et on a plein de petites pièces un peu partout…

Pas encore très structuré donc.

Phary : Non pas trop…

Êtes-vous stressées ? Pressées ? Qu'est-ce qui vous fait le plus peur ?

Phary : Moi, je suis stressé par nature (rires),parce que je n’ai pas la facilité de parler devant plein de gens, donc c'est un peu dur.

Sophie-Anne : Là, pour l'instant, je ne suis pas stressée du tout parce que je me dis que c'est loin… Mais je pense que je vais avoir plus peur le 6 juin (si on joue vraiment le 6 juin) qu'à la folle nuit. A la folle nuit, c'est un tout petit passage, donc je n’aurais pas vraiment le grand stress mais quand on va jouer la vraie pièce ça va commencer à monter, parce que ce qui me fait peur, c'est d'avoir un trou de mémoire quoi, comme tout le monde… On essaiera de faire avec, de trouver une parade pour pas que ça se voit (rires).

Qu'est ce que vous pouvez nous dire pour nous donner envie de venir ?

Phary : Eh bien… Ça va être marrant ! (rires) Ça va être sympa.

Sophie-Anne : Ce qui peut être bien, c’est que comme c'est sur la vie de couple, les scènes de ménages, le public va se retrouver un peu dans les situations donc ça va être marrant. Il faut venir voir la pièce dans le sens où c'est vraiment une collaboration entre des écrits à nous et des scènes qui sont déjà écrites par des auteurs donc c'est le mélange des deux qui est intéressant. De plus, on a tous une personnalité un peu différente et les personnages sont eux aussi tous différents dans la façon d'interprétation donc, par exemple, on verra Phary, qui va réussir à se dévergonder, à être à fond ; elle va nous montrer une autre facette d'elle… C'est ça qui va être bien, c'est qu'on va être surpris de voir des personnes avec lesquelles on ne s'attendait pas à ce qu'elles « pètent des câbles », c'est ça qui est sympa. C'est ça qui est bien dans notre pièce, il faut venir ! (rires)

Et bien merci Sophie-Anne et Phary de nous avoir accordé un peu de votre temps pour cette interview, et merci à Jean Bonnet et à l’équipe théâtre de nous avoir permis de la réaliser. On a vraiment hâte d’y être !

23h45 : Remise des trophées

 

Entrée Gratuite

Pour vous y rendre c'est ici

Pour tout renseignement, veuillez contacter le service du développement culturel de l'université : culture@ml.u-cergy.fr - tél. : 01 34 25 63 79
Site des Chênes, Maison des étudiants (tour), bureau 216
33 boulevard du Port à Cergy

 

Photos de la Folle nuit du théâtre universitaire 2014Samedi 10 mai

Partager :