Publications

Cette page recense l'ensemble des publications collectives des membres du laboratoire.

Bibliothèques d’écrivains. Lecture et création, histoire et transmission, O. Belin, C. Mayaux, A. Verdure-Mary (dir.)

Rosenberg & Sellier, coll. "Biblioteca di Studi Francesi", 2019.

Espace de travail, de loisir ou d’évasion, la bibliothèque remplit toutes sortes de fonctions pour un écrivain. Elle est un patrimoine matériel qui se construit, se transmet et se disperse, mais aussi un atelier où les lectures, savantes ou sauvages, viennent nourrir la création; enfin elle constitue le lieu d’un réseau de savoirs où se découvrent des filiations, des circulations et des dialogues parfois insoupçonnés. Telles sont les trois facettes des bibliothèques d’écrivains explorées dans ce volume, pour des auteurs de l’époque médiévale à l’époque contemporaine qui ont voyagé en Europe, Amérique et Asie. Ces études interrogent les archives papier ou numériques de figures intellectuelles variées: poètes, linguistes, philosophes, cinéastes ou critiques.

 

Opérateurs discursifs du français, 2. Eléments de description sémantique et pragmatique, Jean-Claude Anscombre, Pierre Patrick Haillet et María Luisa Donaire Fernández (dir.)

Cet ouvrage fait suite à un premier volume (publié en 2013) consacré à la description de plusieurs opérateurs discursifs - entités linguistiques dont l'emploi a pour effet de mettre en place une stratégie discursive spécifique. Leur fonctionnement est appréhendé à travers les propriétés morphosyntaxiques, sémantiques et pragmatiques qui caractérisent ces entités.

Chaque opérateur est présenté de la même façon : propriétés linguistiques, structure polyphonique, brève notice diachronique et tableau récapitulatif des propriétés, l'objectif étant de faire apparaître tant la spécificité de chacune des entités analysées que les liens qu'elle entretient avec d'autres opérateurs auxquels elle s'apparente sémantiquement. Les descriptions proposées sont illustrées par de nombreux exemples authentiques. Un texte théorique complète le volume, précisant la notion de polyphonie comme outil descriptif, et venant développer le texte à ce propos contenu dans le premier volume.

 

A quoi sert la littérature?, Joanna Nowicki et Axel Boursier (dir)

Les éditions du Cerf, coll. Patrimoines, 2018.

Pourquoi écrit-on ? Que peut communiquer la littérature à la société ? À quoi sert la littérature ?
Dans cet ouvrage, auteurs, lecteurs et critiques tentent de répondre à ces questions. Ils dépassent une conception de la littérature comme simple divertissement, en proposant de percevoir la spécifi cité de la connaissance littéraire. Cela entraîne les auteurs à s’interroger sur les conditions de naissance d’une relation entre lecteurs et auteurs. À travers ce prisme, la littérature fait valoir une nouvelle nécessité. Les livres sont des potentiels d’action, des ouvertures, tout en étant des objets de paradoxe, liés à la notion d’« objet-livre » rangé dans nos bibliothèques. Cette conception permet de dépasser les clôtures disciplinaires et du sens attachées à l’oeuvre pour toucher l’ensemble des sciences humaines. Quinze contributions d’auteurs constituent le corps de cette réflexion et présentent la littérature comme lieu de connaissance de soi. Elles se présentent sous la forme d’une conversation amicale tripartite entre l’auteur, le lecteur et le texte. Une conversation capable d’initier ou d’approfondir une réflexion personnelle grâce au monde fictionnel.

 

Les éphémères et l'événement, Olivier Belin, Florence Ferran (dir.)

Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 2018.

Tracts, affiches, prospectus, pamphlets… Nombreux sont les éphémères qui accompagnent les événements collectifs, qu'il s’agisse de manifestations officielles, de crises politiques et religieuses, ou de simples faits divers. Mais les éphémères scandent aussi les événements de l’existence individuelle et quotidienne : bons points, images pieuses, menus, faire-part constituent autant de jalons qui façonnent notre mémoire et associent la vie privée aux rites sociaux.

Comment les éphémères s’articulent-ils à l’événement politique, artistique, culturel ou familial ? En sont-ils la trace, le reflet, ou ce qui contribue à le construire comme tel ? Dans quelle mesure nous permettent-ils de mettre en rapport une histoire de l’événement et une histoire du quotidien ? Quelle valeur peuvent prendre, loin de leur contexte d’origine, ces documents qui en sont si fortement tributaires ? Telles sont les questions qui rassemblent ici des spécialistes venus d’horizons variés (conservateurs, chercheurs en lettres, histoire et histoire de l’art) pour montrer combien les éphémères ponctuent nos vies.